SAINTELYON : The “Night” Race !

Dimanche 8 décembre 2013, Minuit :

« C’est parti pour la 60ème SaintéLyon » !!! Cette fois, ça y est, on y est, nous sommes au départ de cette course hors norme. Rien que d’y penser, nous en avons des frissons. Nous avons devant nous des milliers de coureurs et 75km à parcourir pour atteindre le Palais des Sports de Gerland à Lyon.

STL006

Le départ est donné sur un air de U2, « Ultraviolet » qui reprend en refrain un « Light My Way » de circonstances ! Tous ensemble, avec nos frontales, nous aurons besoin d’éclairer notre route jusqu’au lever du jour. Les premiers sont déjà loin tandis que pour nous, ça bouchonne inévitablement. Nous avons donc le temps de profiter du spectacle magique qui s’offre à nous. Ce n’est que 5 minutes plus tard qu’enfin, Riri et moi franchissons la ligne et déclenchons nos chronos.

STL008

Les premières foulées se font sur les grandes avenues de Saint Etienne. L’image est là encore impressionnante avec des milliers de coureurs qui s’étalent sur toute la largeur de la rue et sur des kilomètres. Ça ressemble presque au Tour de France, sans les vélos bien sûr ! On passe des ronds-points, la moitié du peloton par la gauche, l’autre par la droite… Nous arpenterons le bitume sur plus de 7km le temps de sortir de la ville et de traverser Sorbiers.

STL009

Enfin, nous attaquons les chemins. La lumière des villes nous abandonne et déjà, les premières plaques de verglas pointent leur nez. Il y a là encore beaucoup de spectateurs pour nous les signaler et tout se passe encore bien. Côté profil, la tendance est à la montée vers les Monts du Lyonnais mais la nuit nous empêche de vraiment nous repérer et de profiter d’éventuels paysages qui s’offriraient à nous. Nous traversons des champs sur des chemins qui n’ont pas de blanc que le nom ! Ils sont vraiment blancs car couverts de neige qui a durci avec le froid. Sous la neige, c’est la glace. Beaucoup d’entre nous sortons du chemin pour retrouver un peu d’appui sur la terre froide mais encore un peu meuble. Au hasard de notre avancée, je trouve par-terre un drapeau, celui de la Franche-Comté ! Je l’emmènerai à Lyon avec moi.

STL010

Déjà, devant et derrière nous, la fameuse file de « lucioles » dont tout le monde parle lorsqu’on évoque la SaintéLyon est visible. C’est vraiment superbe ! Et après 16km et 2h de course, nous voilà à Saint-Christo-en-Jarez pour le 1er ravitaillement. Dans mon esprit, je me disais que cette première pause était à passer rapidement vu que ça n’est que le début de course. Mais au contraire, je me goinfre ! J’ai une faim de loup… Tucs, bananes, sablés… un peu de Coca. Également, ma batterie de GoPro a lâché, j’oublie de la changer, je le ferai en chemin quelques minutes plus tard. Nous repartons rassasiés.

1472795_10151909752368495_991295894_n

Fréquemment, nous croisons et empruntons des morceaux de routes. Sur les chemins, la neige et la glace sont toujours là. C’est même « Holiday On Ice » tellement les chutes sont nombreuses ! Moi-même, j’ai bien dû tomber 2 ou 3 fois en me rattrapant parfois avec des figures dignes du patinage artistique ! A ce moment, nous croisons encore plus de côtes mais dans l’ensemble, rien de vraiment compliqué. Et puis arrive la descente sur Sainte-Catherine pour le 2ème ravitaillement par un chemin plutôt technique vu les conditions ! Cela doit faire environ 4h30 et 30km que nous courons. Là encore, beaucoup de monde. Difficile de se trouver une petite place pour se poser 2 minutes. J’ai chaud et je décide donc d’enlever une couche. Riri veut boire un peu de « chaud » et se fait alors servir une soupe. J’en boirai 2 ou 3 gorgées mais je ne l’apprécie pas vraiment. Nous repartons. Ma montre s’est alors mise en pause, sans doute lorsque je me suis changé… Je m’en apercevrai 45 minutes plus tard.

STL011

Sur cette portion, nous commençons par à nouveau traverser des champs, toujours dans les mêmes conditions difficiles, nous passons une bosse puis nous plongeons dans le bois d’Arfeuille. Alors que normalement, cette partie se fait dans le sens de la descente, pour cette 60ème , ce sera une vraie belle côte que nous emprunterons ! Tout de suite, le rythme ralentit et tout le monde marche. Mais moi je suis bien en jambes alors je pose les mains sur les cuisses et j’accélère. Je monte vite et double beaucoup. Une fois au sommet, je peux admirer la file de frontale en lacets au milieu des bois. Riri arrive 2 ou 3 minutes derrière et nous repartons sur la route pour rejoindre Saint-André –la-Côte. Derrière le village, la descente se fait au travers du bois des Marches. Une belle descente technique qui me vaudra de doubler encore bien une 100aine de coureurs avant d’attendre Riri en bas. Et puis c’est l’arrivée sur Chaussan pour le 3ème ravito après 42km et près de 7h de balade.

STL014

Nous sommes maintenant à une altitude moins élevée, la neige se fait plus rare et est souvent remplacée par de la boue, ce qui n’est pas désagréable finalement. Encore énormément de monde à ce ravitaillement. Riri n’est pas au mieux, il est fatigué de ne pas avoir dormi et des ampoules au pied. Il aurait voulu s’arrêter plus longtemps mais ici, pas de banc, rien pour s’assoir. Du coup, nous repartons assez vite. Le profil est maintenant descendant, le ciel commence à s’éclaircir doucement.

photo 2(1)

Là, c’est une succession de chemins, routes, dans les champs puis les bois assez vallonné. Le jour se lève alors que nous sommes encore en hauteur. Nous pouvons observer ce spectacle et on devine les sommets des alpes en contre-jour à l’horizon. Riri est un peu à la peine. De mon côté, je continue à mon rythme car je commence à trouver le parcours assez monotone à cet endroit. Il n’y a plu de vrais chemins pentus comme on a pu en avoir auparavant, c’est beaucoup plus roulant et ça me plaît moins. Alors je cours jusqu’à arriver au prochain ravitaillement où j’attendrai mon collègue de galère. J’atteins alors Soucieu-en-Jarrest en 9h après 54km.

Riri arrive. C’est un gymnase assez grand avec des bancs et de la place. On peu enfin faire une pause. Un bénévole vraiment aux petits soins avec nous fait des allers-retours pour nous apporter à boire et à manger. Vraiment gentil ce monsieur ! J’en profite pour changer de tshirt, enlever le bonnet au profit d’un bandeau et ranger définitivement la frontale. Nous nous arrêterons près de 30 minutes.

STL016

Après cet avant-dernier ravitaillement, ça devient très dur pour moi. Non pas physiquement mais moralement. En effet, nous sommes sur une longue portion de route et moi je déteste ça ! Je râle… Nous alternons marche et course pendant 6 ou 7 kms. Enfin nous recroisons un chemin. Je repas ! Là encore, j’abandonne un instant mon Riri pour rallier le dernier ravitaillement qui devrait être dans 2 ou 3km. J’accélère donc, je me prends même à bien relancer derrière les côtes. Je suis presque surpris d’avoir encore du jus à ce moment de la course. Un panneau annonce les 10 derniers kms du côté de Chaponost. Le ravito doit être proche mais …. Non, il est finalement bien plu loin et là encore, je flanche ! Après une petite descente, une gentille dame prend des photos. Elle me propose de m’en envoyer une si je lui donne mon adresse mail, ce que je fais. J’attends donc de voir… Il reste en fait encore 2km supplémentaire avant le dernier ravito de Beaunant. J’y suis en 11h30, nous avons fait 68km. Cette fois, je n’ai plus d’eau (j’étais parti avec 1.5L), je remplis donc. Riri arrive quelques 7 minutes après moi. Petite pause et nous reprenons notre route. Il reste maintenant 7kms et ça démarre car une côte de 18% à Sainte-Foye-les-Lyon.

STL018

Maintenant, il n’y aura presque plus que du bitume, je le sais, nous sommes en ville. Nous avançons péniblement, et enfin, nous apercevons le Palais des Sports, de l’autre côté du Rhône. Nous approchons les quais de Saône, nous traversons un pont, nous entrons enfin dans Lyon. Nous passons le Rhône, contournons un bâtiment et nous arpentons le Parc des Berges pour l’utlime kilomètre. Nous sommes bras-dessus, bras-dessous, je sors mon drapeau Made In Jura, je sors la GoPro pour immortaliser le moment. Les gens sont encore là pour applaudir malgré que le vainqueur soit passé quelques 7 heures auparavant. Dernier virage, nous entrons dans le Palais des  Sports et franchissons l’arche d’arrivée après 13h04 d’effort !

arrivée01

Même si j’aurais pu espérer arriver plus tôt, nous sommes extrêmement fiers d’être allés au bout de la nuit et de ces 75km. Surtout, j’arrive dans un état de forme plutôt bon : aucune crampe, juste des douleurs de fatigue notamment liées aux bonnes portions de bitume. Aucune fatigue liée au manque de sommeil. Je crois que pour moi, ce fut une course bien gérée. Nous récupérons notre tshirt de Finisher, retrouvons nos sacs, Riri se fait soigner les ampoules, nous cassons la croûte et c’est déjà le moment de repartir et de rentrer à la maison.

Mon bilan de cette course, c’est qu’il fallait y aller, il fallait la faire. Une vraie belle ambiance, un vrai défi et ce ballet de lucioles dans la nuit. Cependant, je ne crois pas que j’y retournerai forcément. En effet, il y a déjà trop de portions de route à mon goût et aussi, le fait de courir de nuit sur les hauteurs des Monts du Lyonnais nous empêcher de profiter des panoramas qui je n’en doute pas doivent être magnifiques.

75km, dans la nuit, le froid, la neige, la glace, la boue, le bitume…., la SaintéLyon, une expérience extraordinaire !

finish02

Cet article a 10 commentaires

  1. Avatar

    Bravooo lolo made in Jura ! Drôle de course ou plutôt drôle de défi cette sainté ! je te souhaite une bonne récup !

    1. lolotrail

      Merci Karo ! Mis à part encore un petit manque de sommeil, j’ai tout récupéré! Prêt à repartir pour de nouvelles aventures!!!

  2. Avatar

    Héhé j’attendais ce CR avec impatience ! C’est ce qu’on se demandait avec mon copain, si les portions de route était quand même conséquentes ou pas et tu as répondu à notre question. Ca doit être vraiment très beau la file de lumières, rien que les photos .. Superbe ! Tu as bien profité de ta course quand même, c’est le plus important.
    Maintenant repose toi bien et profite bien des fêtes de Noel 🙂

    1. lolotrail

      Merci Aurore. Oui, beaucoup trop de route à mon goût, moi qui n’aime que les sentiers! Mais bon, ça faisait partie de l’évènement! Ces lumières dans la nuit, c’est encore plus impressionnant quand tu es dedans… bientôt ma vidéo de l’intérieur de la course… en cours de montage!
      Je suis déjà à nouveau opérationnel, comme quoi j’ai “géré”.
      Bonnes fêtes à toi aussi !

    1. lolotrail

      Merci Mary. Fier je le suis! 75km est mon nouveau record de distance à présent et il était hors de question de ne pas être Finisher! Bon rétablissement à toi.

  3. Avatar

    Bravo pour ta course, content de t’avoir vu même si c’était du rapide. Contrairement à toi, j’étais content quand on courait sur du bitume, j’en avais un peu marre de faire des glissades. Bravo les jurassiens 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu