Surprenant Lyon Urban Trail

LUT officielLe printemps est arrivé et nous avons pu le vérifier lors de cette 6ème édition du Lyon Urban Trail ce dimanche 14 avril ! Retour sur ce beau dimanche Lyonnais … surprenant !

J’ai fait le trail, le trail sur neige (ou trail blanc), le trail nocturne, les 2 trails dans le week-end mais le trail urbain, voilà un format de course que je n’avais pas encore tenté. Alors évidemment, ce Lyon Urban Trail me fait de l’œil depuis 2 ans et cette année, j’ai sauté le pas ! 3 distances au choix : 12, 23 ou 36km. Le petit format me paraît bien rapide et pour une découverte, le grand me paraît… trop grand ! J’opte alors pour le parcours moyen. Inscrit depuis quelques mois déjà, j’attends ce rendez-vous avec impatience : d’abord parce que j’ai hâte de découvrir Lyon en courant mais aussi et surtout parce que c’est ma première course solidaire de l’année.

Phase 1 : la préparation

Après Quingey et le Trail de Val de Loue (avec les fameux 2 trails en un week-end), j’ai décidé d’aller m’entrainer unepodium paris - 13-04-13 fois par semaine à Saint Claude, ville tout à fait adaptée pour ce type de course : des hauts, des bas, des escaliers, de belles descentes (ou montées…). J’ai réussi à attirer dans mon sillage quelques collègues et aussi Lucas Humbert qui lui aussi a découvert la ville autrement. Avec le recul, vous le verrez ensuite, ce choix a été payant.
Côté « solidarité », fin mars aura été décisif : la publication du 1er article sur la course et le relai sur les réseaux sociaux par les associations ont provoqué la première belle surprise : plus de 400 kms pariés sur la course, dont 58 pour Courir Pour le Népal et 341 pour l’AFCAVF !!! C’est donc sous les couleurs de cette dernière que je déambulerai dans les traboules lyonnaises.

Phase 2 : l’avant course

OLYMPUS DIGITAL CAMERASamedi après-midi, en préparant mes affaires, je décide au dernier moment de tester grandeur nature mes Merrel Trail Glove, chaussures minimalistes achetées il y a 6 mois 25€, je me dis que c’est l’occasion. Arrivés samedi au soir, nous passons la nuit, Laeti, Lenny et moi, dans un hôtel à proximité en centre-ville. Réveil à 5h50 pour un bon petit-déjeuner. Je dois aller retirer mon dossard et je rejoins alors l’hôtel de ville après 20 mn de marche. Lyon se réveille doucement, les lampadaires s’éteignent, les rues sont presque vides, seuls quelques coureurs et quelques fêtards en sortie de discothèque trainent dans la grande rue reliant la place Bellecour aux Terreaux. Je retourne à l’hôtel car vu la météo annoncée, je n’ai pas de poche pour enfourner l’enveloppe d’inscription et le porte-bidon offert. C’était prévu comme ça. Retour donc dans la chambre noire (Lenny dort encore, ou presque…) où je prends mes dernières affaires. Je gl20130414_072348isse un petit « à tout à l’heure, vers 11h30 » et je finis de me préparer dans le couloir. Je retourne aux terreaux en trottinant. Là, je rencontre un vétéran qui arbore un beau t-shirt qui venait de glaner la semaine précédente aux Reculées de Lons.
Il fait maintenant bien jour, l’ambiance monte, le 36km est déjà parti. Le sas de départ se remplit vite et je me place dans le 1er tiers, histoire de pouvoir partir avant le gros du peloton qui, je le crains, pourrait ralentir fortement la progression au 1er rétrécissement de chaussée. Le speaker fait monter la pression jusqu’à 8h30, heure du départ.

20130414_130918    20130414_065257 20130414_073659 20130414_081347

Phase 3 : la course

ld_15861452Ma stratégie était de partir vite (toujours pour éviter les bouchons) quitte à ralentir ensuite pour gérer la in de course. En fait, je pars à 12 km/h et j’ai même l’impression de me trainer… Mais je double tout de même d’entrée, notamment dans cette grosse côte dès le 1er km sous un tunnel et sur des pavés. Ce sera ensuite une succession d’escaliers, à descendre, à monter… nous sommes à Croix Rousse (bon, moi, je ne connais pas Lyon, les indications que je vous donne, je les prends sur le plan alors si vous voulez plus de détails, allez voir le parcours sur le site du LUT) et nous rejoignons la Saône par le Quai St Vincent ou nous traversons sur une passerelle. Pour le moment, je n’ai pas encore trop levé les yeux pour admirer le paysage, ça va venir bientôt. Nous passons par la gare St Paul et là commence l’ascension à Fourvière par un grand escalier, très long ! (Pour les non-initiés, Fourvière, c’est là où il y a une petite tour Eiffel !). Là je lève la tête et prends quelques clichés des environs et de la vue ! Nous avons parcourus 5 km, toujours une grande forme.20130414_090019
Nous descendons alors par le parc des hauteurs et faisons un tour dans le quartier pour aller découvrir le superbe théâtre romain avant de retourner à nouveau à Fourvière pour emprunter le chemin du viaduc. A ce moment, je ne saurais vous dire si nous étions en train de monter ou descendre… ce que je sais, c’est qu’au chrono, j’en suis à 0h45 et 8kms. Souvenez-vous, j’ai dit à Laeti « rendez-vous à 11h30 ». Mon objectif était donc de 3h et déjà, faites le calcul et vous pourrez voir que je suis bien en avance sur mes prévisions ! Côté forme, je commence à sentir une douleur au mollet droit. Le ravito arrive, je prends des provisions, bois un coup et je repars. Vous dire ensuite par où nous passons devient pour moi compliqué mais ce que je sais, c’est que nous avons contourné un cimetière (c’est par là que j’ai dû doubler René des Lacets du Lizon qui court sur le 36km) et que nous descendons la « Montée de l’Observance » pour rejoindre la Saône que ld_15870933nous traversons à nouveau, quai  Chauveau pour grimper juste en face du pont la Montée Hoche. 13 kms, tout va bien dans la tête, seule la douleur au mollet commence à se propager et se faire sentir. Nous traversons le parc de la Ceriseraie, retrouvons la Saône et remontons à nouveau vers le Bois de la Caille. Au chrono, 1h46 et 18km. Bon bah voilà, je suis en moyenne à 10 km/h, c’est bien plus qu’escompté avant la course… c’est de bonne augure ! C’est aussi là qu’est le 2ème ravito. J’en profite pour faire un arrêt technique, tenter d’enlever le caillou de ma chaussure droite que je ne trouverai pas. Et finalement, c’est aussi là que je me rends compte que mes 2 mollets me font mal car ce sont eux qui remplacent l’amorti que je n’ai pas sur les Merrel façon « minimaliste ». Le plus dur reste donc à venir, non pas pour gérer le profil du parcours que j’encaisse très bien mais pour gérer la douleur.
Bref, je repars en me disant que de toutes façons, je serai en dessous de mon objectif et ça c’est déjà bien. Si je fais dans les 500, c’est encore mieux !
Là, nous arrivons dans le seul passage qui emprunte un sentier en terre dans la pelouse. J’en profite pour accélérer et regagner quelques places. Le parcours repasse ensuite par Croix Rousse pour se rapprocher des quais du Rhône. 2h de course et 20km, la moyenne est maintenue malgré les mollets douloureux et une pointe au talon droit (à cause de mon caillou imaginaire).
La fin de course se fait sur un profil plutôt descendant, tout le monde hausse le rythme, même moi qui finalement préfèrerait monter20130414_112435 car c’est dans les ascensions que j’ai le moins mal.
D’un coup, beaucoup plus de monde, le parcours est entouré de barrières, l’arrivée est proche, nous traversons l’hôtel de ville pour passer l’arche place des Terreaux.
J’arrête la montre : 2h15 ! C’est ma 2ème surprise du week-end, 45 minutes de moins que mon objectif ! Je n’ai à ce moment strictement aucune idée de mon classement. Je cherche un peu et trouve rapidement Laeti et Lenny qui m’attendaient avant la ligne mais je ne les ai pas vu. Tant pis, je ne franchirais pas la ligne avec mon fils dans les bras. Je me change et en repartant, je vois Kat qui en finit à son tour (en 2h45).

20130414_084934 20130414_085821 20130414_085841 20130414_090024 20130414_091032

 

 Phase 4 : l’après course

Nous profitons du magnifique soleil pour rester sur Lyon. Après 2h15 de course, ce seront 2h15 de promenade au bord des quai du Rhône pour rejoindre le parc de la Tête d’Or et faire la rencontre du petit girafon né il y a quelques semaines, des éléphants malades qui ont failli être euthanasiés il y a peu. Il y a un monde fou dans ce parc, on voit bien que les lyonnais n’ont pas vu le soleil depuis longtemps. Nous ne rentrons à la maison qu’en toute fin d’après midi. Encore moi-même épaté de mon temps, je jette un coup d’œil sur internet pour voir si les résultats sont en ligne et ils y sont. Temps du vainqueur : 1h39. Je défile la liste et … 3ème surprise du week-end : je termine à la 152ème place. En continuant à défiler, je me rends compte que nous sommes 1542 arrivants, le dernier finissant en 5h. Je suis donc dans les 10% du classement. Je suis doublement impressionné !

ld_15867075 20130414_105151

Le bilan de mon Lyon Urban Trail :

Côté parcours, cette découverte de Lyon était un pur bonheur, surtout avec ce grand soleil ! De beaux passages, de chouettes panoramas. Mon choix du 23km était le bon je pense : 12km aurait été trop court et 36km dans les rues de Lyon, j’aurais sûrement trouvé ça long.

Côté course,  je suis vraiment content d’avoir tenu cette moyenne de 10km/h malgré les 1000m de dénivelé. Ma préparation a été la bonne, la gestion a été sans souci, je n’ai même pas eu besoin de mes vivres solides, je n’ai fait que boire et manger des bananes et des tucs aux ravitaillements. Seules erreur de ma part, avoir voulu tester ces chaussures minimalistes car je m’en sors avec des mollets tous durs et une ampoule sous le talon. De plus, ça m’a fait un peu ralentir en fin de course et perdre quelques places.

Côté associations, je suis d’autant plus fier d’avoir franchi la ligne car outre la performance, je permets la récolte de 419kms qui vont se transformer en dons pour l’AFCAVF et Courir pour le Népal !

Le bilan est donc plus que positif et je retournerai sûrement sur ce parcours mais avec d’autres chaussures et pourquoi pas accompagné d’amis !
En attendant, ma prochaine course sera à Clairvaux dans 2 semaines pour les 36kms de l’Eco-Trail des Lacs et la prochaine course solidaire sera le Marathon du Mont Blanc à Chamonix. Je vous attends donc encore très nombreux pour parier sur les 42kms (je vous fais grâce des 195m) !!!

diplome lut

Le récapitulatif de ma course sur Movescount

Cet article a 7 commentaires

  1. Avatar

    Salut Laurent,
    Très belle perf pour cet Urban Trail et pour les associations pour lesquelles tu cours !
    Chouette récit, je me suis retrouvé 5ans en arrière quand j’y habitais. Mon terrain de jeu favori était les marches de la montée Soulary (à côté du Parc de la tête d’Or pour monter à la X-Rousse) et le parc de la Cerisaie, vallonnée comme il faut.
    Au plaisir de te rencontrer et de fouler les sentiers Jurassien avec toi !
    Bonne récupération & à très vite
    Will

    1. lolotrail

      Merci Will, comme je l’ai dit, je suis le 1er étonné de mon temps et classement! Franchement, Lyon est une belle ville que je connais mal alors je n’ai pas repéré tous les coins… Mais c’était vraiment sympa… nous avons fini à la Tête d’Or, une bien belle journée quoi! @ bientôt.
      Lolotrail

    1. lolotrail

      Bilan TRES positif ! Et oui, j’abandonne un peu les pavés pour retrouver mes sentiers et aborder au mieux mon 1er 36km de la saison à Clairvaux-les-lacs dans 2 semaines! Merci pour le commentaire…
      @ bientôt.
      Lolotrail

  2. Avatar

    Salut Lolo.
    Très belle course et un infiniment grand merci de courir pour des associations.
    Au plaisir de faire d’autres paris sur d’autres courses.
    Encore merciiiiiiiiiiiiii…
    Jean-Marc, alias r0o0minet 😉

    1. lolotrail

      Ce fut un plaisir de faire cette course en pensant à ceux que je pouvais aider! Le rendez-vosu est pris pour le Marathon du Mont Blanc de 42km le 30 juin prochain!
      Merci R0o0minet !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu