Festival des Templiers – Acte 1

Festival des Templiers – Acte 1

Le Festival des Templiers de Millau, tout traileur en a déjà entendu parler, au moins une fois. Moi, on m’en a parlé plein de fois et il fallait que j’aille me rendre compte! Alors l’inscription au Grand Trail était prévue de longue date, c’était aussi l’occasion de profiter d’un week-end en Aveyron entre potes. Ce qui n’était pas prévu, c’était de tenir un stand au salon du Trail et de récupérer un 2° dossard dans le week-end !

Début 2017, je prends donc mon dossard pour le Grand Trail des Templiers, la mythique course de 76km en plein coeur des Causses. Plusieurs coureurs du Team Trail Jura sont également inscrits ainsi que quelques amis. La fête s’annonce donc belle! Ce n’est pas l’objectif de ma saison mais je veux juste aller vivre cette ambiance qu’on m’a décrite, découvrir ses paysages…

Et puis dans le courant de l’année, le Comité Départemental de Tourisme du Jura a réservé un stand au salon du Trail, il est prévu que plusieurs organisateurs de courses jurassiennes soient présents. Vu que j’y serai, je donnerai un coup de main. Sauf quelques semaines avant l’événement, les mauvaises nouvelles s’enchaînent : entre indisponibilités et blessures, je me retrouve finalement seul. Pas grave, on va assurer le coup quand même et représenter le Jura à Millau.

Avec le stand est offert un dossard. Etant donné que je suis maintenant seul, je vais en profiter et me voilà donc inscrit pour 2 courses dans le week-end : le Grand Trail de 76km le dimanche et la Midnight des Templiers, course nocturne de 18km le vendredi soir.

Go to Millau !

Le rendez-vous est donné avec les potes vendredi 20/10 au matin. Je bénéficie du véhicule utilitaire du CDT, rempli de matériel pour le salon, pour faire la route. Je pose le petit à l’école et je récupère Franck. Nous voilà partis pour Oyonnax où nous retrouvons Sabine, David, Marion et Christophe. Et puis c’est le grand voyage vers l’Aveyron. 6 heures de routes en passant par Lyon, Clermont-Ferrand… Bref, 15h30, nous voilà au Massegros, à 40km de Millau pour prendre possession de notre location pour le week-end. Nous nous retrouvons dans un petit chalet moderne, très bien agencé et équipé. C’est sûr, on va être bien là! Surtout que dans le bâtiment principal nous attendent piscine, jacuzzi, sauna, hammam, … La première chose à faire, avant tout le reste, c’est de marquer notre territoire :

Une fois installés, nous partons à Millau pour installer le stand (en retard car le salon est ouvert depuis jeudi). Nous sommes juste à côté des amis de la Transju’Trail, en terrain connu donc, mais entourés par les courses pyrénéennes! Juste à côté, c’est Extra Sport et la Saintélyon. Ça tombe bien, comme l’an dernier, nous serons aussi au salon. Et puis surtout, il y a Aurore. Un vrai plaisir de la voir ici !

Il est temps d’aller récupérer les dossards, j’en ai 2 à prendre ! Côté dotation, les Templiers ne font pas les choses à moitié : tshirt technique Kalenji, le partenaire principal de l’épreuve, buff des Templiers… et puis avec ma petite sacoche qui va avec le stand, je récupère également une bouteille de bière la Templière et une veste coupe-vent.

 

Midnight des Templiers

C’est maintenant l’heure de se préparer pour la première course du week-end. Première pour moi car d’autres épreuves sont déjà parties dans la journée. En ce qui me concerne, ce sera donc la Midnight des Templiers, une course nocturne de 18km et 850m D+. Au départ à 19h15, il fait encore jour. Après un court échauffement, je ne sais pas ce qui me prend, je me place tout devant, en première ligne. Quelle idée a bien pu me passer par la tête, je n’en sais rien. Quoi qu’il en soit, lorsque le départ est donné, je pars en sprint en 1ère position………. Autant vous dire que cela ne a pas durer bien longtemps! Après quelques mètres, je me fais dépasser par un petit groupe. Après plus d’1km, au passage devant les potes venus m’encourager, je suis encore dans les 10. Et puis petit à petit, les coureurs me dépassent. Nous sortons du goudron pour entamer les chemins. Là, ça commence à monter gentiment et au début, je cours. Et puis après 1 ou 2km, je me dis quand même que le rythme va être dur à tenir alors je me mets à marcher quand la pente s’élève un peu trop. La nuit est tombée, ce sont les frontales qui officient maintenant pour nous éclairer le chemin.

Bien m’en a pris car après un peu plus de 5km, changement radical de trajectoire : on vire à droite toute dans un minuscule sentier en single bordé de buis. C’est presque étouffant et en tout cas, il est impossible de dépasser ici ! La pente devient de plus en plus raide pour atteindre les 26-28%. La blague va durer pendant plus d’1km, c’est hard ! Moi, j’en peux plus, mon départ canon me coûte à ce moment de la course. Je mets régulièrement le clignotant pour laisser passer quelques groupes qui avancent plus vite. Petit replat et même légère descente : chouette ! Mais e courte durée car ça repart en montée… Mais moins long tout de même, nous arrivons enfin sur le plateau après 7km et 55 minutes. Nous avons déjà dû faire 500m de D+ au moins!

A partir de là, la course prend une toute autre physionomie : d’abord un splendide petit single tortueux en bord de falaise avec vue magnifique sur les villes illuminées en fond de vallée. Et puis on entre dans des chemins larges et propres et surtout presque plats ! Il faut relancer la machine pour récupérer une allure raisonnable, entre 10 et 12 km/h. Nous sommes dans de grandes lignes droites dans la forêt pendant 4km. Côté classement, ceux qui devaient me doubler l’ont fait dans la montée. Sur le plat, je garde ma place et j’arrive même à doubler un peu. J’entame le début de la descente après 11km et 1h17 de course.

Évidemment, ça descend alors j’envoie ! Le terrain est assez sec malgré la pluie de la veille, mes Altra Lone Peak 3.0 ne bronchent pas et tiennent bien le pavé. Je double pas mal, persuadé de me refaire ainsi jusqu’à l’arrivée. Sauf qu’après 1.5km de descente : BIM ! ça remonte et pas qu’un peu! Je ne l’avais pas vu venir celle-là, je pensais descendre jusqu’au bout !! Ça fait mal aux cannes et le rythme chute net, je peine comme pas permis durant les 700m de montée. Ouf, derrière, ça redescend. Sauf que des crampes commencent à me chatouiller les mollets et les cuisses et des douleurs au ventre m’empêchent de profiter de la descente. De toute façon, ça remonte encore derrière…

Après 2 ou 3 coups de cul comme celui-là (où le même scénario se rejoue à chaque fois), voilà enfin la der de der, celle qui me conduit vers l’arrivée. Alors c’est le moment de remettre un peu les gaz. Je suis seul à ce moment alors je profite du moment, les lumières de l’aire d’arrivée commencent à se voir, le micro du speaker à s’entendre. Plus que quelques mètres, les potes sont là pour me soutenir et c’est enfin la délivrance, je passe la fameuse arche de bois en 2h08. Je me classe 97° sur plus de 300 arrivants, dans le 1er tiers. Mais ma plus grosse satisfaction (et étonnement) est de me rendre compte que je suis 11° Master 1 homme. Classement inespéré pour moi dans ma catégorie sur ce type d’épreuve.

Il ne reste plus qu’à profiter de la soirée avec les copains car le week-end est loin d’être fini …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu