Challenge des Gabelous

Challenge des Gabelous

Des courses, j’en ai fait quelques unes en 7 ans de pratique du trail. Mais des aussi mal préparées, je crois que c’est bien la première!

Depuis 2 ans, on m’a “retiré” la Rubatée Blanche du calendrier, il y a bien l’Oxyrace des Rousses mais que je “boycotte” un peu car 1- les tarifs sont un peu excessifs et 2 – ceux qui y ont participé m’ont plutôt détaillé les failles de l’organisation que son efficacité. Pourtant, j’aime toujours les courses sur neige. Alors pourquoi ne pas profiter de la première course (bonus) du Trail Jura tour au challenge des Gabelous de Mijoux (01)?

Le challenge des Gabelous, ce sont 2 évenèments en 1 : un trail blanc le matin (7 et 15km) et une course à obstacle en famille l’après-midi. J’ai donc coché le 15km comme première course de mon année 2017.

 

Quand je parlais de mauvaise préparation, je crois que là, j’ai battu quelques records. Côté entraînement, mis à part quelques belles séances en début de mois, ce fut assez pauvre sur ce mois de janvier. Seulement 3 sorties trail (moins de 30km), une séance de ski de fond, une autre de ski alpin et quelques longueurs de petit bassin à la piscine. Autant dire que je n’étais pas prêt pour une performance! C’est principalement dû d’une part à mon boulot où sans douche, il m’est difficile de courir le midi et d’autre part à une météo capricieuse et surtout très froide ces derniers temps.

Et puis la santé s’en est aussi un peu mêlée : mardi, c’est un violent mal de dos au niveau des lombaires qui s’est réveillé, sans raison apparente, et qui ne m’a pas lâché durant plusieurs jours. Je pensais que la piscine ferait du bien mais ça n’a pas marché. Une fois de plus, on oublie la perf” ! Heureusement, dimanche, la douleur s’était largement estompée et m’a laissé tranquille.

J’arrive donc à Mijoux vers 8h30 pensant que la course partait à 9h. Juste le temps d’aller m’inscrire. Ah oui, parce qu’en général, je m’inscris à l’avance mais là, avec toutes ces incertitudes, je ne voulais pas m’engager trop tôt. Et puis Nono arrive et m’annonce que c’est à 10h le départ. Bon, bah une heure à tuer… Direction donc l’inscription. 

Là, on sent comme un flottement dans l’organisation  les gentilles bénévoles présentes ne savent plus trop quelle enveloppe donner à qui, elle sont sans cesse en train de demander des choses à l’organisateur. Ça ne semble pas plus préparé que moi cette affaire! Bref, je remplis mon bulletin et là… j’ai zappé le certificat médical !!! Quand je vous dis que rien de va… Heureusement, je l’ai envoyé peu de temps avant par mail pour une autre course, je l’ai donc en pièce jointe sur le téléphone. Je le montre et je l’envoie sur l’adresse de messagerie d’une bénévole. Ouf, j’ai un dossard !

 

 

Donc, on se prépare avec les collègues des Lacets du Lizon : Nono, sa fille Mélanie, Nils, Sylvie. Il y aussi à côté l’ami Jérôme, un ancien collègue de boulot lui aussi converti au trail (et il est bon! 2° sur le 7km ce matin). Sauf qu’au moment d’accrocher la puce sur la chaussure, je me rends compte que je suis venu avec mes Saucony Pro-Grid Razor où les lacets ne sont pas visibles (cliquez sur le lien pour vous rendre compte). Je ne peux pas l’accrocher, ce qui vaudra d’ailleurs un mini cafouillage à l’arrivée et dans le classement. Allez, on continue sur la lancée! La puce finira dans la poche.

Nous avons donc une heure devant nous, nous en profitons pour repérer les premiers hectomètres du parcours : une belle montée dans la poudreuse pour débuter suivi de la redescente par le même chemin ou presque … ça commence fort, on va en baver. Au retour vers l’arche de départ, je croise alors Anna-Lou, une demoiselle que je connais uniquement pour la suivre un peu sur les réseaux sociaux et son blog runannalourun. Je suis étonné de la voir ici, elle qui habite Annecy. Mais elle m’explique que son copain est originaire de Mijoux alors je comprends mieux. D’ailleurs, à propos de blog, j’ai également croisé un coureur (dont je n’ai pas retenu le nom, désolé, s’il me lit, qu’il se manifeste!) qui m’a reconnu et qui m’a appelé “Lolotrail“. Il m’a dit suivre ce blog et apprécier mes articles. Ce n’est pas la première fois alors j’en profite pour vous remercie, vous tous qui lisez ces lignes et c’est toujours un plaisir d’échanger quelques mots avec vous, pour de vrai.

 

 

Maintenant, place à la course. D’abord, devant nous, ce sont 2 goelettes qui prennent le départ. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’une sorte de chariot à roulettes (parfois à ski) tiré et poussé par plusieurs coureurs pour transporter une personne handicapée. Il faut un sacré courage pour faire un trail de cette manière. Heureusement, ils sont suffisamment nombreux autour des goelettes pour se relayer. Puis 2 minutes plus tard, les coureurs du 7km et s’élancent et à nouveau 2 minutes ensuite, c’est notre tour.

 

Je vous l’ai dit, la course démarre par sa plus grosse difficulté, la montée de 200m dans la poudreuse. Je suis parti derrière Sylvie au milieu du peloton. Vu la forme actuelle, je n’allais pas m’amuser à arsouiller tout de suite! Je monte donc tranquille, en suivant les autres. Mais quand même, je ne suis pas à mon niveau alors je double jusqu’à rattraper une des 2 geolettes. Je les félicite et leur demande si ça va. On me propose d’essayer alors j’attrape une poignée et je pousse dans la côte. C’est dur! Ils ont vraiment du courage. Je termine les quelques mètres qui me restent à gravir en marchant et j’entame la descente. En bas, je m’arrête pour repartir avec Sylvie.

 

 

Ensemble, nous traversons le village de Mijoux et nous nous engageons sur les pistes de ski de fond en remontant le cours de la Valserine. C’est assez agréable, nous traversons une jolie sapinière. Et puis je sens que côté forme, ça va mieux alors j’augmente une peu le rythme, Sylvie ne suivra pas. Je prends petit à petit de l’avance. Je n’ai pas mal au dos et je me sens pousser des ailes alors je garde un bon rythme en doublant quelques coureurs.

Après 4km de course, c’est la séparation entre le 7 et le 15km. Nous voilà entre nous désormais. Continuant sur ma lancée, je reviens gentiment sur un premier groupe que je dépasse. Je remonte petit à petit, sans affolement sur les coureurs de devant. Le parcours continue toujours sur la piste de fond avec quelques bosses. Puis on croise désormais la tête de course qui reviennent à peu près par le même chemin.

Au 7° km, c’est le ravito. J’en profite pour faire une petite pause restauration au milieu de la campagne enneigée. Joli tableau, dommage que la météo soit au gris. Mais commence je ne suis pas là “que” pour du tourisme, je repars. Les écarts entre coureurs deviennent maintenant de plus en plus grands. Je mettrai donc pas mal de temps à reprendre le coureur de devant et en avoir un autre en ligne de mire. Je reviendrai aussi sur celui-là en entrant dans Mijoux. Il reste une derrière côté ou je craque. je continue à courir pour maintenir l’illusion mais je suis cramé et mon prédécesseur me lâche assez facilement.

C’est donc un peu dans le dur que je passe la ligne d’arrivée en 1h21. Je regarde le tableau des arrivants et là, il n’y a pas mon nom. Et oui, la puce est dans ma poche, elle n’a pas été détectée. Alors je la sors et la repasse sur le tapis sous l’arche. On me classe alors 42° derrière une fille alors que je suivais un gars…. Je crois que cette histoire de puce a dû rajouter quelques secondes de trop à mon temps. Rien de grave puisque de toutes façons, je reste content de cette course de reprise dans des conditions un peu dantesques! Et puis dans ma nouvelle catégorie des Master 1, je me classe 15°, pas si mal.

 

 

Si ce Challenge des Gabelous ne restera pas dans mes annales de traileur, cette course aura au moins eu le mérite de lancer ma saison. Il va tout de même falloir que je structure un peu mieux mes entraînements car c’est assez chaotique en ce moment, ça ne fonctionnera pas longtemps! Surtout que le prochain rendez-vous, ce sera un autre format avec plus de 40km autour de la Sainte Baume près de Marseille début mars. Ça va venir vite…

Cet article a 1 commentaire

  1. Avatar

    Joli chrono et très joli classement !!! Bravo Lolo !!! D’ici quelque temps tu vas nous faire des podiums 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu