Bivouac à la Dôle

Bivouac à la Dôle

Aller dormir au sommet d’une montagne pour profiter du paysage de fin de journée est une idée qui me trotte depuis un bon moment. Alors c’est décidé, on y va. Un peu de marche, on ne dort pas très bien, il y a un peu de vent, il faut redescendre après… mais pour le reste, quel bonheur !

Nous avons choisi les Monts Jura et plus particulièrement la Dôle pour des questions de proximité et de facilité d’accès : en voiture, c’est moins d’une heure de route de la maison pour rejoindre les Dappes, point de départ de la rando. Les sacs sur le dos sont un peu lourds pour juste une nuit mais je crois que ça vaut le coup. D’ailleurs, voici une petite liste rapide de notre matériel :

tente Decathlon Quickhiker : 3 places, montage facile et rapide, prend peu de place dans son sac, facilement transportable sur le sac à dos

  • un sac de couchage et un tapis de sol par personne
  • quelques affaires de rechange pour le lendemain
  • vestes chaudes pour la soirée et le petit matin
  • coupe-vents imperméables en cas de changement de temps
  • une couverture de survie par personne (on ne sait jamais)
  • lampes frontales pour la nuit
  • réchaud à gaz et bouteille Primus : léger et compact
  • gamelle, gobelets, couverts,…
  • des vivres pour la montée, le repas du soir, le petit-déjeuner et la descente (à boire et à manger)

Sur ce dernier point, nous avions prévu des petits gâteaux pour la route, des sandwichs maisons faits avant le départ, quelques fruits (prunes), des compotes à boire pour le dessert, des sticks de café et sucre en poudre en sachets, une petite bouteille de chocolat au lait tout prêt. Il faut penser à faire léger et pratique, par exemple, pas question d’emmener du chocolat en poudre et une bouteille de lait à côté.

Une fois tout ça chargé sur le dos, nous voilà partis  vers 16h00 pour la grimpette vers la Dôle. Notre route est des plus classiques : on prend le chemin balisé et à mi-chemin, nous remontons les pistes de ski pour arriver directement à la grosse boule (le chemin est aussi tracé).

Une fois en haut, vers 17h30, nous ne sommes évidemment pas seuls, il fait beau et il y a pas mal de randonneurs ou de gens en promenade. Comme eux, nous commençons par admirer la vue sur le lac Léman, Genève et en face de nous les Alpes. Pour une fois, pas de mer de nuages, nous voyons le fond de vallée mais il y a tout de même un voile nuageux sur le Mont Blanc qui nous empêche de l’admirer totalement.

Il est temps maintenant de chercher un coin pour poser le campement. Sur ce point, j’insiste, l’activité de bivouac (ou camping sauvage) n’est pas vraiment autorisée, elle est plutôt tolérée. De ce fait, il vaut mieux monter la tente le plus tard possible, la démonter le plus tôt possible également et surtout, ne laisser aucune trace derrière notre passage : pas de feu et on ramène nos déchets! Avec un peu de bon sens et de respect des lieux, il n’y a pas de problème. Aussi, il y a pas ou peu de contrôle de la part des autorités (suisse dans notre cas), cela pourrait changer si tout le monde fait n’importe quoi… Autre point, de nombreux troupeaux de vaches pâturent dans les environs. Outre le fait qu’il faille éviter les bouses plus ou mois sèches, il faut aussi faire en sorte de ne pas aller les perturber.

Après quelques repérages, nous décidons de nous installer en contrebas de la Dôle, versant Léman (Est) qui sera le plus à l’abri du vent. Nous trouvons un coin discret, un peu à l’abri des regards (en tout cas pas en visu directe depuis la boule). Il est 18h00, nous commençons par juste poser un plaid pour pouvoir s’asseoir en attendant le repas. Nous montrons la tente après celui-ci, lorsque les randonneurs seront partis. Entre 2, je pars explorer un peu les environs.

Après le repas et une fois la tente montée, il ne reste plus qu’à attendre que le soleil se couche, c’est prévu vers 20h30. Vers 20h, le soleil est encore haut mais offre tout de même un joli spectacle. Mais quelques minutes plus tard, il plonge derrière les nuages, on ne le voit déjà plus alors qu’il fait encore jour… 

Encore un dernier petit tour vers la Dôle pour aller contempler les illuminations des villes qui s’offrent à nous dès les derniers rayons solaires cachés. J’ai bien pris quelques photos mais c’est tout de même mieux en vrai ! Et puis c’est l’heure de se coucher. La nuit va être courte car on a beau dire, même bien installés, ce n’est pas très confortable. Et puis dormir dans un sac de couchage où tout vient avec dès que vous vous retournez, c’est pas génial. Mais on le savait, c’est le jeu! Du coup, réveil toutes les 2h… Vers 3h, je profite d’un moment d’éveil pour jeter un coup d’œil hors de la tente pour regarder le ciel noire rempli d’étoiles. Puis réveil vers 6h15 car le soleil est censé revenir dans 1/2 heure.

Je me lève donc et choisis un spot idéal pour attendre. Même si la nuit a été plutôt chaude dans la tente, le vent souffle dehors et on supporte bien une veste chaude… Et puis les premières lueurs arrivent vers 6h30. Le ciel s’est un peu couvert durant la nuit, il y aura même 2 ou 3 gouttes ce matin mais le spectacle reste grandiose. Vers 6h45, le soleil pointe son nez derrière les cimes des montagnes et commence à inonder le paysage de ses rayons.

Une fois le spectacle terminé, retour à la tente pour le petit déjeuner. C’est à ce moment que nous apercevons au sommet un chamois, puis deux et trois. Il doit y avoir un troupeau sur le sommet mais nous sommes trop loin pour les voir. Enfin, nous passons à la reconstitution des sacs à dos, démontage et rangement de la tente et c’est vers 7h45 – 8h00 que nous rebroussons chemin.

Pour le retour, nous remontons à la Dôle et suivons la crête vers le col de Porte. Nous espérons toujours voir un chamois dans les pentes mais non, ils sont partis se cacher de la civilisation. Depuis le col de Porte, nous reprenons le sentier classique pour retourner aux Dappes à la voiture.

C’est donc la fin d’une belle aventure vécue en famille (incomplète…). J’aime beaucoup l’activité de bivouac qui permet de profiter d’instants privilégiés avec la nature, avec des sites fortement fréquentés la journée. Et puis un coucher et un lever de soleil depuis la fenêtre de la maison, c’est pas pareil !

Ci-dessous l’ensemble des photos.

« 1 de 4 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu