Izernight 2016

Izernight 2016

Samedi soir, c’était la 7° édition de l’Izernight, ma 5°. C’est devenu en quelques années un rendez-vous incontournable dans la région : une belle organisation, des courses nocturnes, un mois avant la Saintélyon, des formats variés adaptés à tous, une grosse ambiance… Tout est réuni pour que la soirée d’Halloween soit bonne!

Logo_IzernightCette course de fin d’année, c’est aussi l’occasion de nous retrouver une dernière fois avant la trêve hivernale. Bien sûr, il y aura ceux qui seront sur la Sainté et ceux qui entament leur saison de cross mais pour beaucoup, c’est la fin des courses en attendant de pouvoir sortir les skis. Il y a donc beaucoup de monde sur l’Izernight pour le baroud d’honneur, la der’ de l’année pour bien finir. Et pour nous, c’est le dernier rendez-vous des Lacets du Lizon avant l’Assemblée Générale et la projection vers une nouvelle saison. D’autant qu’à l’Izernight, nous avons raflé 2 fois de suite le challenge des clubs, il nous reste une dernière victoire pour l’acquérir définitivement. Il faut donc se mobiliser pour le club.

Cette année, 3 formats de course : 11, 17 et 24km. Ma première intention était de m’aligner sur la grande distance sauf que… Sauf que depuis la TDS, mes activités course à pied sont plutôt calmes : des entraînements uniquement les week-ends et même une pause de 2 semaines suite à une légère douleur derrière le genou gauche. Alors finalement, je me rabats sur le 11km qui me suffira grandement. J’ai l’intention d’y aller à une bonne allure, pour voir si la douleur va me gêner, pour tenter de récolter quelques points pour le challenge et aussi pour me tester un peu après cette période d’inactivité.

Laetitia est aussi engagée sur le 11km, moins d’un mois après son 6km de la Passerelle. Elle a cœur de faire une belle course. C’est donc ensemble, accompagnés de Kat et Sylvie, que nous arrivons peu de temps avant le départ du 24km à Izernore. Il y a déjà beaucoup de monde et avant d’aller retirer nos dossards, nous croisons la joyeuse bande des Lacets. Nous allons donc voir le départ de la grande course, puis, après avoir récupérer les dossards, nous irons assister au départ du 17km. C’est bientôt notre tour alors nous allons nous préparer puis entamons 2 ou 3 petits tours du terrain de foot en guise d’échauffement avant de rejoindre la ligne de départ.

RECTO_2015_V1 copie

19h20, nous sommes sous l’arche de départ. Franck, notre speaker tout-terrain donne de la voix comme à son habitude pour chauffer les foules. Les filles se placent plutôt vers l’arrière et moi, je vais me placer vers l’avant avec Alain et David. Quelques minutes plus tard, le départ est donné et nous nous élançons dans un champ en descente, juste de quoi se planter dès le départ! Mais non, nous restons debout… Au début, je reste derrière Alain mais rapidement, je le passe et prend le large. En regardant les courbes après la course, je suis parti à 18km/h, peut-être un peu trop rapide!

A la sortie du champs, nous voilà sur une portion de route en montée régulière. J’accuse déjà le coup de mon départ rapide mais je tiens encore la corde. Quelques uns me doublent mais c’était dans ma stratégie de course : m’extraire du peloton, récupérer sur une première moitié de course et accélérer ensuite dur des phases plus descendantes. Nous arrivons dans les chemins où le profil est plutôt vallonné. David me double, je maintiens un rythme correct sans trop en faire (presque 14km/h). Je n’ai pas du tout étudié le parcours alors j’imagine qu’il devrait y avoir une côte bientôt et je dois donc en garder un peu sous le pied.

profil

La côte, ça n’est pas tout de suite mais seulement à partir du 4° km. Au départ, le chemin s’élève doucement dans les bois sur un single jusqu’à ce que nous récupérions un chemin large. La pente s’accentue régulièrement et je sens que mon manque d’entraînement va me faire souffrir! A cet instant, je suis seul, personne devant, personne derrière. Je cours toujours mais ça devient dur. Et puis j’entends un souffle derrière qui se rapproche. Je ne sais pas pourquoi, je me dis que ça doit être Alain et bingo, c’est lui! Je tente bien de l’accrocher mais les cannes ne veulent plus, je suis même obligé de marcher… La côte est interminable, près de 1.5km qui m’en paraissent le double! Un autre coureur me passe et je reste au contact jusqu’au sommet.

Après plus de 5km, nous voilà à nouveau sur une partie moins raide. Alain doit être loin devant et je n’ai personne derrière. Je reprends une allure proche des 13km/h, ça va un peu mieux. Je passe devant le ravito sans m’arrêter. Il aurait été 1km plus tôt, je faisais une pause mais là, plus besoin.

carteNous entamons enfin ma partie préférée du parcours : une belle longue descente sur un single au milieu des bois! Evidemment, à la simple lueur de la frontale, il faut faire attention où on met les pieds. D’ailleurs, je doublerais 2 coureurs s’étant vrillé la cheville. C’est vraiment un belle endroit, des changements de direction fréquents, on navigue entre les arbres, la descente se fait à 15km/h. Un peu plus tard, nous revoilà sur un terrain plus large, nous avons récupéré le même chemin qu’à l’aller. La fin de parcours sera donc le départ en sens inverse.

Je suis à nouveau seul mais je sens que derrière, ça revient petit à petit. Il ne me reste plus qu’un kilomètre, je dois tenir. Nous arrivons dans le champs, lieu du départ qu’il faut cette fois remonter. C’est un vrai calvaire car je n’y vois pas grand chose, je tente de suivre les balisages mais qui finalement m’emmènent trop bas. Les spectateurs m’appellent pour que je remonte. Une fois en haut, je me retourne et aperçois des lumières de frontales relativement proches. Alors j’accélère sur ces derniers mètres au plat pour terminer en sprint à 17.5km/h. Je passe finalement l’arche après 11km et 0h53 ce qui me place en 44° position au scratch sur plus de 450 partants.

iz02

Et bien le manque de préparation, la petite douleur de la semaine précédente ne se seront au final pas trop fait sentir (sauf dans la côte!), je suis plutôt content du résultat. Je termine 1′ derrière Alain et 2′ derière David. J’ai finalement pu rattraper une partie du retard sur la fin de parcours.

Après un rapide ravitaillement, je file à la voiture chercher les vestes pour les donner aux filles à leurs arrivées. Laetitia en termine après 1h23 et se place 355°, une bonne performance pour elle, elle progresse bien.

iz04

La fin de soirée se fera avec tous les coureurs (ou presque) des Lacets attablés autour de bonnes bières et un repas bien mérités. A l’heure des résultats, nous raflons quelques podiums dans les catégories mais quand vient le verdict du challenge, c’est une petite déception car il ne sera pas pour nous cette année, il nous aura manqué quelques meilleurs temps scratch pour le conquérir.

Cet Izernight 2016 sonnera un peu comme une fin de cycle : c’est la fin de saison des trails pour presque tout le monde, la fin pour les Lacets pour la détention du challenge des clubs, la fin pour moi je l’espère de ma période d’inactivité. Mais surtout, en ce qui me concerne, c’était ma toute dernière course dans la catégorie Sénior! En effet, j’aurai 40 ans en 2017 mais comme les changements se font au 1er novembre, dès mardi, je serai Master 1. Ma première course dans ma nouvelle catégorie sera donc la Saintélyon en relais début décembre.

 

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu