Duo Trail des Crozet 2016

Duo Trail des Crozet 2016

Après la TDS, il faut redescendre sur terre… J’ai repris tranquillement l’entrainement, à raison d’une course par semaine, avant de reprendre un rythme plus “normal”. Je n’avais pas de compétition programmée avant le mois d’octobre et une partie de mon temps est consacrée à l’organisation de la Course de la Passerelle les 1 et 2 octobre prochain. Mais le Duo Trail des Crozets, ça reste une course incontournable du calendrier jurassien alors je n’ai pas résisté à la tentation.

Faut-il rappeler le principe #uniqueaumonde de ce Duo Trail des Crozets? Un format plus qu’original à parcourir à 2, chacun de son côté puis ensemble. Je ne vous refait pas l’explication complète, elle se trouve ici. C’est assez rapidement (mais assez tardivement tout de même) que j’ai trouvé mon Duo pour cette année, ce sera Brigitte. A première vue, ça n’est pas le binôme le plus équilibré qu’on puisse trouver mais peu importe, l’idée est juste de prendre du bon temps.

J’arrive donc samedi en début d’après midi aux Crozets et rapidement, Brigitte me fait signe. La pluie tombe depuis la veille, nous sommes un peu inquiets de l’état des chemins mais c’est le jeu ma pauvre Lucette! Nous mettons à peu près 1h à approcher la table pour la remise des dossards. Non pas qu’il y ait foule (même si l’organisation le mériterait) mais surtout parce qu’on s’arrête environ tous les 2m pour dire bonjour à quelqu’un. Je vous le disais, le DuoTrail, c’est une course qui est bien ancrée dans le calendrier des traileurs jurassiens et tout le monde s’y retrouve!

Une fois la table atteinte, nous avons 2 choix cruciaux à faire :

1 – Qui fera la boucle A et qui fera (donc) la boucle B ?

La boucle A est à priori la plus dure : 11km et 390m de dénivelé. Bon, bah, elle sera pour moi! Brigitte s’élancera sur la boucle B qui fait 11k met 265m D+ mais toute en relance. Nous finirons ensemble sur la boucle C, celle qui achève les organismes avec ses 12km et 480m D+ !

2 – Il faut choisir un lot d’inscription car oui, au Duo Trail, on a le choix!

Bon, plus exactement, on a le choix entre le buff de l’an dernier et un bonnet blanc marqué du nom de la course. J’ai déjà le foulard, ce sera donc le bonnet pour nous 2 qui d’ailleurs est plutôt bien venu vu la chute des températures avec toute cette eau qui dégringole !!!

Une fois ces questionnements existentiels résolus, nous allons chacun de notre côté nous mettre en tenue avant de revenir à l’abri sous la tente pour les derniers instants de bavardage avant le départ. Mais chut, notre Babas national nous donne les dernières consignes avant de partir et bonne nouvelle, le départ sera donné … sous la tente!

14317523_1194023947287185_3247883289647725838_n

Bref 15h, on démarre. Evidemment, devant, ça part comme des balles. De notre côté, on ferme presque la marche. Nous avons plus d’un kilomètre à faire ensemble avant que nous chemins se séparent. J’attends Brig quelques secondes avant de lui souhaiter une bonne première partie de course. Là, j’accélère le rythme. Le terrain, malgré la pluie n’est pas imbibé, c’est l’occasion de découvrir les sensations dans les toutes nouvelles Altra Olympus que je viens de recevoir de la part d’Icon Health & Fitness après ma rencontre avec Laura à Chamonix. Un à un, je reprends les coureurs partis prudemment. Je fanfaronne un peu en doublant les copains et je maintiens une allure à moins de 5’/km. Après 3 ou 4km, je vois l’ami Christian (Dudu) au loin et doucement, je reviens sur lui. La jonction sera faite au début de la première grosse côte après le 5° km. Evidemment, je l’interpelle. Il me dit qu’il n’est pas bien, qu’il n’a pas de souffle, etc… bref, ça va pas. On discute, on discute et moi ,je sèche. Le Dudu part devant, fait le trou et je ne le reverrai plus!!! Au fait, j’vous ai dit que mon Dudu, il a 63 ans?

Du coup, je suis bien content de trouver un verre d’eau quelques mètres plus haut. Là, 1 coureur récemment doublé revient sur moi et un autre nous passe. J’essaie de ne pas perdre trop de temps pour les suivre. Dans la suite de la côte, nous ferons un peu le yoyo avec le premier et nous gardons en point de mire le second. Enfin une descente, je repasse le 1er coureur et revient sur le second. Ah, une nouvelle côte… Le second reprend de l’avance, le premier me dépasse. Nous sommes au sommet et dans la descente finale, je repasse tout le monde … sauf Dudu! J’arrive au ravito en 1h03, on me dit qu’il vient  de repartir.

14355696_1194025347287045_1501432452843280809_n     14317561_1194025363953710_3905896938729390855_n

Au ravito, évidemment, j’attends Brig qui se promène encore sur sa boucle B. Alors je discute avec les coureurs qui arrivent et qui repartent, avec le Sam et le Ren’s venus nous encourager et je me restaure. 15′ plus tard, Brig arrive. Un petit verre d’eau, et avant de repartir, elle sort de son sac .. une corde!!! MAIS POUR QUOI FAIRE UNE CORDE???? lui lance-je. Réponse quelques mètre plus loin.

Nous repartons (sous la pluie, elle est toujours là) et Brig se noue la corde autour de la taille et me tend l’autre bout : “Tiens, c’est pour toi !” OK, j’ai compris, il va falloir que le la tracte dans les côtes! Il faut dire que nous la connaissons la boucle C (en tout cas, je m’en souviens par cœur), elle propose une monstre côte de plus de 220m de D+ sur 1.3km avec des pentes à parfois plus de 30%!

Je cale mon rythme sur celui de ma coéquipière, ça sera un tour un peu plus tranquille qu’au début mais sur une bonne allure tout de même. La Brig ne court pas forcément très vite mais elle court longtemps. La première partie est vallonnée. Sur chaque portion montante, j’attrape la corde et je me place devant, juste de quoi tendre notre lien et lui donner de petites impulsions de temps en temps. Finalement, ça ne fonctionne pas trop mal.

Arrive après 4.5km la grosse descente, celle qui nous mènera au pied de l’enfer! Au milieu des bois, nous entendons les instruments de musique placés au ravito dans le trou. Là, Brig qui était passée devant se déconcentre et chute. Heureusement rien de grave mais elle est pleine de boue! Au ravito, elle passe tout droit et moi je m’arrête boire un coup et discuter 2 minutes (enfin moins que ça en vrai!). J’ai besoin de reprendre des forces car si je dois tracter mon binôme ensuite, j’en aurai besoin!!! Et nous voilà donc au pied de LA difficulté du jour.

Comme prévu, j’attrape la corde et j’avance. Des petits pas réguliers qui donne un rythme à Brig à l’autre bout de la corde. Je sens celle-ci se tendre régulièrement dès que je fais un grand pas et se détendre dès que la pente diminue. Notre duo marche plutôt bien, nous revenons doucement sur l’équipe de devant. Petit à petit, nous nous approchons du sommet. Je fais un point sur le parcours à Brig pour lui dire que nous serons bientôt en haut. Voilà, c’est fait, la grosse montée est avalée.

Nous profitons du replat (et des crampes d’Olivier) pour dépasser le Duo de devant, juste avant le point d’eau où nous nous arrêtons quelques secondes. Il nous reste une montée, celle qui nous mènera au Mont Pelan, dernière grosse bosse du jour (100m D+ sur un peu plus d’1km). Nous reprenons notre technique de progression et ceci nous permettra même de reprendre un Duo masculin (Fredo à mal aux genoux). Nous arrivons seuls au sommet avec une belle vue bien bouchée par le brouillard ! Normalement, on est censé voir le village des Crozets depuis le haut et les coureurs qui en terminent. Pas aujourd’hui! Alors on redescend, pour la dernière fois. J’aperçois rapidement que nous reprenons du terrain sur une autre équipe. Effectivement, elle cale complètement dans un single en descente assez détrempé. Je passe devant et à ma grande surprise, Brig me suit sans la moindre hésitation, elle semble à son aise! La fin n’est que descente en partie sur du bitume et nous ne serons plus inquiétés.

14322649_1194029277286652_3903419221615965914_n

Nous franchissons la ligne après 3h de course ( -15′ de repos à mi-course pour moi!) et sommes suffisamment lucides pour bien attraper la bouteille de bière blanche de finisher que les enfants nous tendent ! Côté résultat, nous sommes au scratch 39°/46 et 9° duo mixte sur 14. Ça n’est donc pas si mal. Brig me dira même que c’est son meilleur temps de course sur le Duo Trail.

Ensuite, ayant de la famille à la maison, je ne traîne pas mais je fais bien confiance aux organisateurs et aux coureurs pour mettre l’ambiance sur le repas d’après course! En tout cas, l’objectif du jour est atteint, refaire une course sans pression ni intention de résultat, juste pour reprendre le rythme après ma dure TDS. Le Duo Trail était parfait pour cela car il m’a permis d’enchaîner une boucle à allure assez élevée puis un tour plus calme pour récupérer.

14344065_1194029397286640_7258354673912797581_n

Je conclurai avec un petit mot pour l’organisation avec mes amis Babas et Richard qui, avec tous leurs bénévoles, ont réussi comme tous les ans à nous proposer une belle course dans une humeur festive. Seul défaut d’organisation, ils auraient pu prévoir autre chose que la pluie mais je suis sûr qu’ils feront ce qu’il faut pour l’année prochaine!

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu