Enjambée des 7 Monts 2015

Enjambée des 7 Monts 2015

C’est sûr, il y a des courses plus difficiles que d’autres! Pourtant, cette Enjambée des 7 Monts, sur le papier n’est pas plus compliquée qu’une autre : 15km et 450m D+ (en vrai, c’était un peu plus). Mais il y des jours où ça se passe moins bien.

La forme du moment est plutôt bonne : je reste sur un bon DuoTrail mi-septembre, même s’il a été suivi d’un sérieux rhume qui m’a cloué dans le canapé 2 jours durant. Depuis, que des entrainements, pas de courses et beaucoup de temps passé sur l’organisation de la Course de la Passerelle du week-end dernier (une vraie réussite d’ailleurs!). Donc pas de fatigue excessive (juste un léger manque de sommeil), pas de douleur, tout semble réuni pour cette Enjambée.

En temps normal, je me serai aligné sur le Trail des 7 Monts et ses 33km / D+ 2200m. Le parcours y est magnifique, très varié avec les mythiques côtes de Roche Blanche et des Grès, le passage dans les combes aux Molunes et aux Platières (parfois enneigées à plus de 1100m d’altitude). Mais ce week-end, nous sommes invités à manger le midi alors je n’ai pas le temps d’aller me promener sur cette belle course. Mon choix se réduit donc à l’Enjambée, plus courte mais plus sûre niveau timing.

Je connais bien quelques passages pour les avoir emprunter sur la longue distance mais il reste beaucoup de coins à découvrir. Le parcours est plutôt vallonné au début, les principales difficultés étant placées sur la fin.

Je suis sur place depuis 7h00 du matin en ce dimanche “frisquet”, je suis venu accompagner les amis pour le départ du Trail. J’encourage, je discute, je tente de me réchauffer avec le café et à 8h, les costauds partent pour la grande balade. Il me reste 1h30 à patienter : retrait du dossard, je discute encore, et encre à mesure que les coureurs arrivent.

Pour cette course, j’ambitionne un bon résultat, pourquoi pas juste derrière les cadors, ces V2 qui trustent les podiums depuis plus de 20 ans maintenant et qui sont toujours loin devant moi. Même si j’ai partagé une séance de fractionné mercredi avec certains d’entre eux, je sais que je ne suis pas au niveau mais pas loin derrière, pourquoi pas?

Avant d’aller m’habiller, j’accueille les coureurs du 33km au ravitaillement après leur première boucle de 10km avec en tête un certain Sacha DEVILLAZ (quelqu’un connaît???) puis j’assiste au départ du mini-trail de 9km. Finalement, une fois prêt, il ne me reste plus que 10 minutes pour m’échauffer, ce qui est bien court. D’autant que j’ai toujours les doigts de pieds gelés dans mes Sense Pro, le soleil qui pointe n’a pas eu le temps de les réchauffer! Bref, 2 tours de piste j’intègre le sas de départ.

Comme convenu, je me place derrière les “bons”, juste derrière et au départ, je me vois m’envoler à 15 km/h. Je me rends très vite compte que c’est trop pour moi alors je me freine pour continuer les premiers kilomètres à 13 à l’heure, c’est mieux.

Et pourtant, je vois tout le monde filer devant alors que moi, je peine… Pas d’explication à cela, les jambes ne veulent pas avancer, je me dis déjà que ça va être compliqué et je me demande ce que je fais là !! Les coureurs sur qui je pensais pouvoir calquer mon allure vont finalement plus vite que moi.

Autant dire que j’ai du mal à profiter du magnifique paysage, je suis concentré sur mes manques du jour, difficile de positiver en sachant que j’ai encore 12km à faire et que je n’ai encore rien vu des difficultés! La moindre petite montée me semble une montagne et impossible de relancer au plat…

Il ne me reste plus qu’à prendre mon mal en patience et à avancer tant que je peux. Je tente de maintenir mon rang, me faire doubler le moins possible sans même songer à rattraper ceux de devant, c’est impossible aujourd’hui. Heureusement, il y a un point d’eau vers le 4ème kilomètre car j’avais décidé de ne rien emmener pensant que ma ceinture porte-bidon m’embêterait plus qu’autre chose. Je me réhydrate et ça me fait du bien, je repars un peu mieux.

12122566_994113807278201_3704031214337607854_n

L’allure reste assez faible sur les kilomètres qui suivent. Le profil est plutôt montant et vulgairement parlant, “j’en chie” ! Mais de la même façon, j’avance me disant que ça va peut-être passer. J’ai même un espoir quand je récupère un coureur qui m’a doublé peu de temps avant après une petite descente. Et juste avant la première belle côte du jour, nouveau point d’eau. Je m’y arrête évidemment mais je n’arrive pas à finir le quartier de pomme et mon verre d’eau. Et puis en regardant derrière, je vois arriver un voisin. Je pensais être meilleur mais il me rattrape alors je repars avant lui pour entamer la montée.

Évidemment, je marche, pas la peine de se faire plus de mal. La suite est constituée d’un chemin qui permet la relance avec quelques petites bosses à avaler. Je suis avec 2 ou 3 coureurs (dont le voisin qui m’a rattrapé et doublé) et je m’accroche au groupe. Et puis à un moment, le voisin part devant et de mon côté, ça se décoince un peu, je lui emboîte le pas tout en restant à distance.

Sur les phases plates ou en descente, il est meilleur. Jusque là, même dans les descentes je n’arrive pas à me libérer. Par contre, dès que ça remonte, je me retrouve dans ses talons et je finis par le dépasser lorsque son allure baisse trop. Là, un spectateur m’annonce 31°. C’est une bonne surprise car je pensais être vraiment plus loin.

Heureusement pour moi, la suite est une grande descente dans un sentier glissant très technique et comme je vais un peu mieux et que je n’ai personne devant moi, j’en profite pour envoyer tout ce que je peux. La stratégie est bonne car j’arrive à prendre un peu le large et je vois même le coureur précédent, le 30°, celui qu’il faut que je dépasse pour m’assurer le top 30!

12079525_994113877278194_5760264723004824741_n

Je reprends mon prédécesseur au tout début de la dernière côte, j’arrive confiant en pleine vitesse. Sauf que cette dernière bosse est assez sévère et rapidement je marche, vite d’abord, moins vite ensuite et je finis en me trainant lamentablement sur cette pente pleine de cailloux et de feuilles mortes. Quand je suis presque en haut, un petit virage à droite me permet de jeter un coup d’œil sur mes poursuivants : ils sont 3 à refaire leur retard, j’ai le feu aux fesses!

Heureusement, c’est la bascule et la dernière descente alors je relance comme je peux et je finirai même presque au sprint pour ne leur laisser aucune chance. Je franchis donc la ligne après 1h26 à la 30° position, le 31° est à 4 secondes!!!

Au final, cette course, je l’aurai vécu comme un calvaire, pas de bonnes sensations comme ça arrive parfois, des jambes de bois, une relance compliquée, et ce durant les 2/3 du parcours. Heureusement que j’ai retrouvé un regain d’énergie pour bien finir. Et puis je termine dans les 30 à 15 minutes du premier (un fameux V2 qui gagne tout depuis 20 ans!) sur 138 arrivants. Mon classement ne reflète pas ma forme du jour, tant mieux mais je me dis que j’aurais alors pu faire mieux.

Quand j’analyse un peu les données physio de ma course, je m’aperçois que ma fréquence cardiaque est montée haut dès le départ sans jamais vraiment redescendre, j’ai été en dépense d’énergie du début à la fin, aucun moment de répit, aucun repos. J’ai vraiment dû puiser dans les réserves pour maintenir une allure correcte. Peut-être que le léger manque de sommeil, que l’échauffement trop court sont des causes à ce jour de méforme.

Je reste malgré tout satisfait de ce rendez-vous des 7 Monts qui est toujours aussi sympathique avec des paysages qui valent le détour. J’ai encore du boulot et il me reste une bonne marge de progression pour rivaliser avec ceux de devant. On va essayer de corriger le tir en prévision de l’Izernight à la fin du mois.

12111979_994113890611526_2103598109428169135_n

Les données de ma course sur Strava

Cet article a 3 commentaires

  1. Avatar

    Bravo quand même pour ta course même si elle ne s’est pas forcément très bien passée. La prochaine sera meilleure 🙂

    Biz

    1. lolotrail

      Merci Mistinguette! C’était pas la joie, ça ne devrait pas être très dur d’avoir de meilleures sensations… Petit trail nocturne de 24km dans 2 semaines, on verra ce que ça donne! En tout cas, je retourne au boulot dès demain!!! Bizzz

  2. Avatar

    Bon, ça va t’es pas mal devant quand même. Il faut se réjouir d’avoir fait si bien en n’étant pas au top niveau forme. C’est encourageant. J’ai du mal à savoir quel type d’échauffement est pertinent pour ce genre d’épreuve par contre…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu