OXSITIS HYDRAGON BOTTLE 10L vs RAIDLIGHT ULTRA OLMO 12L

OXSITIS HYDRAGON BOTTLE 10L vs RAIDLIGHT ULTRA OLMO 12L

En 2014, j’ai effectué ma TDS avec un sac OXSITIS HYDRAGON ACE 17L. Mon principal souci à l’époque était de trouver un sac capable d’emporter facilement tout le matériel obligatoire imposé par l’organisation de course. Sur ce point de vue, le sac a rempli la fonction sans aucun problème ! Par contre, avec l’expérience de la course, mes critères de choix de sacs se sont un peu restreints, la principale raison étant l’hydratation et l’impossibilité de pouvoir facilement gérer le niveau de liquide dans une poche à eau (sans compter le remplissage pas toujours pratique selon le point d’eau que vous trouvez sur votre chemin).

Pour aller courir les ultras, mes principaux critères de choix sont donc :

  • Un système d’hydratation pratique : les bouteilles me semblant plus adaptées dans ces cas
  • Des rangements en nombre et facilement atteignables
  • Un système de portage des bâtons
  • Des réglages assez fins pour un confort optimal

J’ai investi, après étude et conseils, dans un sac RAIDLIGHT ULTRA OLMO 12L (que j’ai pu inaugurer sur la Saintélyon) et récemment, j’ai reçu en test un sac OXSITIS HYDRAGON BOTTLE 10L. Voici un petit comparatif.

Présentation

GENERAL

Les modèles des 2 marques proposent des contenances relativement équivalentes (10L pour Oxsitis et 12L pour Raidlight) qui paraissent suffisantes pour des ultras. En effet, j’avais opté pour 17L en 2014 mais c’était large et plus il y a de la place, plus on a tendance à remplir et plus ça pèse lourd !!! Optimisons donc et réduisons un peu la voilure. Les 2 sacs disposent de système de portage des bâtons et de 2 bouteilles sur les bretelles.

Petit avantage pour l’Hydragon Bottle qui propose différentes tailles en fonction de la morphologie.  De plus, d’aspect, il fait plus simple, élancé…

Hydratation

HYDRATATION

Les 2 sacs proposent des bouteilles à placer dans des poches prévues à cet effet sur les bretelles.
Si on parle de la position des bouteilles, l’Oxsitis a intégré les poches au milieu des bretelles et c’est le serrage global du sac une fois en place qui positionne le tout, ça ne bouge pas en courant, c’est efficace. Côté Raidlight, les poches pour les bidons sont à l’extrémité des bretelles (prolongé par une sangle). Pour une bonne mise en place, il faut d’une part régler correctement la sangle de côté mais aussi bien serrer l’élastique « inter-bretelles » (avec le sifflet) sans quoi ça ballotte, ça bouge, c’est désagréable et ça finit par faire mal aux côtes !
D’un point de vue contenance, il n’y par contre pas photo, Raidlight propose des bidons de 750ml avec pipettes. On peut donc embarquer 1.5L de liquide, panacher eau et boisson énergétique (attention, certaines boissons peuvent finir par décolorer le plastique comme c’est le cas sur la photo), ce qui devrait durer un bon moment ! Les pipettes sont facilement atteignables à la bouche sans enlever les bidons du sac. Ils sont transparents (pour voir le contenu). Les bisons ne sont pas fournis avec le sac.
Chez Oxsitis, les bidons sont fournis mais d’une contenance de 600ml, soit maxi 1.2L de liquide. Ce sont des bidons du même type que pour les cyclistes ce qui veut dire qu’ils faut les prendre en main pour boire et donc les enlever chaque fois de leur logement.
A noter que sur les 2 sacs, il est possible d’installer une poche à eau à l’intérieur (soit pour remplacer les bidons, soit en complément).
Je place les 2 sacs ex-aequo sur le point de l’hydratation car si la conception de base du Raidlight prévoit plus de contenance et une hydratation directe sans enlever les bidons, ceux-ci ne sont pas fournis. On pourrait prendre n’importe quel bidon à la place, ceux de l’Oxsitis par exemple !

 

Rangements extérieurs

RANGE_EXT

Pour ne parler que des rangements qui ne sont pas inclus dans la poche principale, le Raidlight Ultra Olmo est nettement plus fourni que l’Oxsitis. En effet, l’Hydragon Bottle ne propose qu’une poche par bretelle (plus les poches pour les bidons évidemment). Sur l’Ultra Olmo, il y en a partout : une poche sur chaque bretelle, des poches filets à l’extérieurs des logements pour les bidons, des poches de côté (1 à gauche, 2 à droite), 2 grandes poches filets à l’arrière du sac, des poches zippées sur l’ouverture de la poche principale, sur le haut du sac et même sous le sac !!! La plupart sont assez facilement accessibles. J’ai notamment apprécié le fait de pouvoir ranger le buff dans une poche filet tout en courant.
Autre point, aucune poche extérieur de l’Oxsitis est assez grande pour ranger les smartphones au formats actuels, il faudra avoir un petit téléphone… Chez Raidlight, il y a au moins une poche latérale prévue pour !

Rien à dire : Net avantage pour l’UltraOlmo 12L!

Note : la dernière version de l’Hydragon Bottle 10L reçoit de nouvelles poches sur les scratchs de côté.

 

Rangements intérieurs

RANGE_INT

Là encore, c’est le même combat ! L’hydragon Bottle propose 2 ouvertures larges : une avec ouverture en « U » (2 zips) pour intégrer une poche à eau (au plus près du dos) et une pour le rangement à ouverture verticale sur le milieu du sac. A l’intérieur, on trouve un système astucieux de poches à scratch permettant de répartir les petits objets sans tout mélanger, dont une poche en mousse pour protéger les objets plus fragiles (téléphone portable par exemple). A noter que la couverture de survie est livrée avec le sac.
Le sac Ultra Olmo ne propose qu’une grande ouverture en « U » dans laquelle on trouve un immense espace de rangement, un filet pour la poche à eau et une autre poche filet dans le rabat de l’ouverture. Le sac est aussi pourvu d’accroches (type mousquetons en plastique) permettant d’y attacher les clés de voiture par exemple. D’ailleurs, une des accroches est prise par un petit sac zippé pour le petit matériel, les papiers, etc… Cette poche peut donc être enlevée du sac pour être emmenée séparément.
Là encore, je donne un bon point à Raidlight qui permet vraiment d’embarquer plus de choses en restant organisé. Les petits rangements Oxsitis sont bien vus mais la poche principale reste restreinte.

Les Fixations, les réglages

FIXATIONS

Pour rappel, les sacs Oxsitis existent en plusieurs tailles (S, M, L), ce qui permet un réglage plus fin selon la morphologie. L’ajustage ne se fait alors plus que par des scratchs sur les côtés, complété par une sangle ventrale (fermeture à scratch également).
Chez Raidlight, on reste en taille unique, ce qui oblige à plus de réglages. L’ajustage principal se fait par sangles sur les côtés. A noter un système ingénieux d’accroche pour éviter que les kilomètres de sangles supplémentaires quand on est fin se baladent et traînent au sol ! Pour un meilleur confort et une meilleure stabilité, sur l’Ultra Olmo vous devrez également serrer comme il faut l’élastique inter-bretelles (pour éviter que les bidons tapent sur les côtes) et la sangle ventrale (fermeture à clips).
A propos de la sangle ventrale : elle était auparavant protégée par un étui en tissu plus agréable au contact. L’étui a été retiré car Raidlight a reçu pas mal de remarques car l’étui en question déteignait sur les vêtements, vous vous retrouviez rapidement avec une barre noir au niveau du ventre sur tous vos tshirts !
Autre bon point chez Raidlight, le sac propose des sangles au niveau des épaules pour le rappel de charge. Vous pouvez ainsi tirer sur les sangles pour serrer l’arrière du sac, le rendre plus compact et rapprocher du dos les charges.

Le portage des bâtons

BATONS

Difficile de départager les 2 systèmes de portage des bâtons proposés par les 2 sacs, ils sont vraiment différents et seule l’habitude d’utilisation pourra nous faire préférer l’un ou l’autre. Les 2 systèmes sont adaptés pour des bâtons pliables 3 brins.
J’ai personnellement plus l’habitude avec le système Oxsitis ayant déjà pratiqué. Le sac permet de fixer un bâton sur chacune des bretelles sur l’avant du sac, sous les bidons. Il y a un passant élastique vers le bas sur les extérieurs pour passer le bas des bâtons et un élastique « réglable » sur le haut vers l’intérieur pour la partie haute des bâtons. Le positionnement peut paraître bizarre mais au final, les bâtons sont très bien placés, ils ne gênent en rien les mouvements, ils ne se balancent pas. Petit bémol néanmoins : les élastiques réglables ne sont pas fixés au sac et il m’est arrivé d’en perdre en course (lorsqu’il n’y avait pas de bâton fixé). Ce point devrait être corrigé car Oxsitis pense coudre ces élastiques au sac.
Côté Raidlight, les 2 bâtons sont rassemblés et se placent sur l’avant des bâtons à l’horizontale. J’avoue ne pas avoir encore pu vraiment tester ce système, hormis avec ma GoPro et sa perche télescopique. Le problème, c’est que le diamètre de perche et plus faible que celui de 2 bâtons pliés en 3 (soit 6 tubes !) et du coup, ça se promenait pas mal et j’ai du tenir un peu le matériel durant la course pour éviter tout risque de chute. Je pense qu’avec les 2 bâtons, le problème devrait être résorbé.

Pas d’avantage pour l’un ou l’autre, chacun se fera son avis…

Note : en règle générale, aucun fabricant ne pense aux nouvelles tendances consistant à filmer ses courses avec une caméra type GoPro. Aucun système de fixation n’est prévu. Alors il m’arrive d’utiliser le système de portage des bâtons pour accrocher ma perche quand je ne filme pas mais ça n’est pas très adapté. D’autre part, dès qu’on se retrouve avec 2 bâtons et une perche, ça devient vite compliqué…

 

Accessoires, autres fonctionnalités

MUSIQUE

Les 2 marques ont prévu de pouvoir courir en musique (en Trail, on a encore le droit !). Oxsitis a prévu le passage du câble des écouteurs pour le relier au smartphone. Sauf que celui-ci se retrouve protégé dans sa poche en mousse dans le dos du sac et donc inaccessible en course.
Raidlight a été bien plus loin en passant directement un câble rallonge ! Une poche smartphone est prévue sur le côté droit avec un bout de la rallonge à l’intérieur pour un branchement direct. L’autre bout de la rallonge ressort en haut de la bretelle pour brancher les écouteurs. Reste à voir la qualité acoustique de la rallonge…
Autre point : l’Hydragon Bottle (comme l’Hydragon Ace) intègre 2 passants aimantés porte-dossard. C’est bien vu mais là encore, ils sont facilement désolidarisable du sac et peuvent aisément se perdre (notamment lors du rangement du sac, après avoir enlevé le dossard, ça m’est arrivé).

N’étant pas adepte de la musique en courant, je donne tout de même un court avantage à l’Ultra Olmo pour avoir poussé le concept assez loin.

Conclusion

L’Hydragon Bottle 10L d’Oxsitis et l’Ultra Olmo 12L de Raidlight sont censés être plus ou moins équivalent en terme de contenance et d’utilisation mais personnellement, je leur trouve des usages bien différents !

Pour mes ultras, je privilégie de loin le Raidlight Ultra Olmo 12L car il est pratique, propose de nombreux rangements dont pas mal sont facilement accessibles, avec 2 grands bidons avec pipettes (non fournis). Il me semble plus complet, capable de contenir l’ensemble du matériel obligatoire pour les courses type UTMB.

J’aurai plutôt tendance à utiliser l’Hydragon Bottle 10L pour les courses de 40-50km pour lequel il n’y a pas forcément besoin de beaucoup de matériel. Il s’avère confortable, pratique mais trop limité à mon sens en rangement pour les très longues distances. A contrario, je le trouve trop volumineux pour des distances plus courtes ou un sac de 3-5L peut suffire.

En résumé, pour vos courses entre 30 et 60km, l’Hydragon Bottle 10L d’Oxsitisest très bien, suffisant, avec un système porte-bâtons. Il devient plus que limité au-delà et je vous conseillerai plutôt le Raidlight Ultra Olmo 12L, sans compter la différence de prix (2 fois moins cher actuellement que l’Oxsitis!)

 

Quelques chiffres, données

OXSITIS HYDRAGON BOTTLE 10L :

  • Technologie Airback™Control pour une meilleure ventilation et un confort parfait pour votre dos
  • Easy fix system pole control : porte baton breveté
  • Zips étanches
  • 2 Bidons 600mL inclus
  • Poids : 380 g
  • Tarif : 140€

RAIDLIGHT ULTRA OLMO 12L :

  • Système de rappel des charges : permet de supporter la charge sur les épaules apportant ainsi un meilleur confort.
  • Câble connexion “Jack” pour téléphone ou MP3
  • Emplacements porte-bâtons situés sur les porte-bidons avant.
  • Emplacements porte-bâtons situés sur les porte-bidons avant.
  • Poids : 560 g
  • Tarif : 70€ (100€ -30% depuis la nouvelle collection)

 

 

Fermer le menu