Izernight 2013

La préparation SaintéLyon continue… Après quelques sorties longues et le Trail des 7 Monts, rien de mieux que d’aller courir en conditions de course en s’offrant l’Izernight, une course nocturne de 23km.

logo izernight

Mon collègue Julien me récupère à 17h00 à la maison, le départ doit être donné à 19h00. Après un peu plus d’une 1/2h de route, nous voilà sur le parking, prêts à récupérer les dossards. Là, nous croisons les amis des Lacets du Lizon et beaucoup d’autres connaissances. Il faut dire que mis à part les coureurs qu’on a l’habitude de croiser sur les chemins, l’Izernight est à 2 pas d’Oyonnax, là où nous travaillons. Une fois les dossards en poches (en fait, pas de dossards mais juste la fameuse puce de chez Matsport pour le chrono), nous repartons à la voiture pour nous changer. La question de l’habillement est délicate. Alors que l’an passé il neigeait (c’était plus facile pour choisir les vêtements!), cette année il fait presque chaud. On a bien envie de partir en tshirt mais le petit vent frais et le fait que nous allons vers la nuit nous poussent à réfléchir un peu. Finalement, je partirai avec le tshirt et la petite veste sans manche des Lacets du Lizon, faut bien montrer les couleurs du club!

Nous partons nous échauffer pour une vingtaine de minutes avec une belle séance d’étirements. Et puis nous voilà sous l’arche du départ où un drône survole la foule. Il faut dire que nous sommes 300 sur la distance (ils seront 500 sur le 10km)! Alors que Julien reste devant, moi je me place en fond de grille  avec mon ami René qui, je le sais, part tranquille mais ne fléchit jamais. Le départ est donné et déjà, les premiers, Florian Schäfer, champion du monde d’Aquathlon, Aurélien du Team Trail Jura partent très fort pour remporter le prix “Gavand Sport” après 1.5km de course. De mon côté, comme prévu, je pars tranquille. Enfin, sur un bon petit rythme, à côté de mon René qui, je pense trouvera l’allure trop rapide car il va vite baisser en intensité. Du coup, je m’évade et récupère Julien 2km plus loin.

izer2

Ce début de parcours, je le connais, je l’ai reconnu en sens inverse mardi. Alors j’en profite pour prévenir Julien qu’une descente arrive, lui qui n’aime pas trop ça. Je pars devant en lui disant que je l’attend en bas et effectivement, je double fort. Sauf qu’en bas, on regrimpe immédiatement et du coup, je poursuit ma route. Je ralentis au sommet et Julien me récupère. La suite est vallonnée et nous poursuivons notre route dans les singles sur une moyenne de 11km/h. Premier ravito, je m’arrête boire un verre tandis que Julien continue. Je le récupère quelques mètres plus loin.

Ca continue à grimper alors on monte en gérant notre allure, ce qui ne nous empêche pas de doubler. C’est d’ailleurs étonnant car d’habitude, je coince dans ces côtes et j’ai plutôt tendance à perdre des places. Mais là, tout va bien. Et puis c’est le temps d’une longue descente où je passe devant Julien et le distance un peu. Là encore, je double et j’arrive au 2ème ravitaillement. J’ai le temps de boire un coup et de me restaurer vite fait avant qu’à nouveau Julien arrive et passe sans s’arrêter! Je repars avec lui, on traverse le petit village de Cessiat où quelques supporters sont là et aussi quelques randonneurs. Et puis c’est reparti pour une nouvelle grosse côte qui nous obligera une fois de plus à marcher. Je suis en bas de la montée à une 30aine de mètres derrière mon collègue mais une fois de plus, je le rattrape facilement. Là, je vois qu’il ne cherche pas à accélérer alors je le suis, ça nous permet de reprendre quelques forces.

Ensuite, c’est un joli petit chemin en single vallonnée au-dessus de l’autoroute, côté Oyonnax avant de basculer dans une très longue descente dans un champs. Enfin, je peux me faire plaisir et je repars devant. Je n’ai pas l’impression de forcer et pourtant, je dépasse un grand nombre de coureurs, seul un me résiste. S’en suit un faux-plat montant où je décide d’attendre un peu Julien et il faut dire aussi que je coince un peu. Là, un signaleur nous annonce les places, je suis 74°. Et puis ça redescend à nouveau sur un chemin étroit très inégal, plein de cailloux où l’eau ruisselante s’est largement frayée son chemin. Qu’à cela ne tienne, je continue à progresser rapidement en doublant. Dernier ravitaillement, j’ai pas mal d’avance sur Julien alors je l’attends avant de repartir une sur longue portion de route. Nous repiquons dans les chemins qui contournent Izernore et là, j’ai un point de côté qui m’handicape pas mal. A ce moment, Julien me tire. Après avoir traversé Tignat, nous reprenons les chemins et une demoiselle nous double. Je ne sais pour quelle raison, je me mets à penser que c’est sûrement la première féminine et du coup, j’accroche. En pensant à autre chose, le point de côté s’en va. La fille et ses gardes du corps coincent en bas de l’interminable dernière côte. J’en profite pour m’évader et je fais la grimpette seul, reprenant quelques gars qui m’avaient passé auparavant.

Nous récupérons la fin de parcours du 10km que je connais bien alors je continues à avancer. Petit “coup de cul” juste avant les colonnes (site gallo-romain) et je double Vincent, un stagiaire de notre boîte qui est cramé, il a du partir un peu vite. Et puis ce sont les dernières longueurs avant l’arrivée, je double encore un coureur dans le tout dernier virage et voilà la ligne d’arrivée! Je la franchit en 2h16’04, un vrai bon temps pour moi! Et puis Julien arrive, puis la fameuse fille qui est effectivement la première féminine! Nous retrouvons des amis qui faisaient le 10km, les copains des Lacets du Lizon, … On se change et on part se restaurer. Julien ne va plus trop bien, quelques problèmes gastriques qui l’ont empêché de me suivre sur la fin de parcours.

izer3

Au final, je suis bien content de cette perf’ mais surtout d’avoir pu faire 2 heures en nocturne, dans les conditions SaintéLyon (enfin, on verra côté météo). Une belle course et une belle organisation. J’avais participé il y a 4 ans à la première édition et là, nous étions au moins 4 fois plus nombreux! Maintenant, on va se calmer un peu, je n’ai plus de course prévue avant la SaintéLyon. Il me restera 1 ou 2 sortie longue à faire pour être fin prêt!

Cet article a 6 commentaires

  1. Avatar

    Effectivement c’est un bon entrainement de course de nuit ! Après, comme tu dis, les conditions météos ce sera peut-être plus dantesque à la Sainté !^^ Enfin courir dans le froid et avec de la neige tu l’as fait il n’y a pas longtemps !^^ T’es prêt alors goooooooo Lolo !!

    1. lolotrail

      Merci Fanny! Oh bah oui, dans le Jura, courir dans le froid est une habitude, même mi-octobre aux 7 monts!

  2. Avatar

    Coucou,
    merci pour le CR et bravo pour ta course !

    1. lolotrail

      Merci Aurore! Bravo pour la tienne aussi au mont royal brebeuf, tu feras un meilleur temps la prochaine fois. Surtout, bravo d’avoir réussi à t’inscrire pour le Cross du Mnt Blanc car ça, cette année, c’était un exploit!

  3. Avatar

    Bravo Laurent on a l impression que c’est facile ! Moi aussi ce samedi je tente une course de nuit pour la préparation saintexpress ! Et puis suis aussi inscrite au cross du mont blanc 😉

    1. lolotrail

      Merci Karo! Je vais pas te mentir, bien que ça soit de nuit, il y avait un faible dénivelé pour la distance, ça n’était pas une course difficile. L’objectif était de courir de nuit donc c’est fait! Bon courage à toi pour ta “nocturne”. Pas de course à Chamonix en juin pour moi car si possible, j’essaierai d’y être fin août !

Répondre à Karo Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu