Garmin ForeRunner 620 HR

Garmin ForeRunner 620 HR

Grâce à la Runnosphère, voilà maintenant un mois que j’ai un nouvel animal de compagnie pour mes séances de courses à pied : la montre GPS-Cardio GARMIN ForeRunner 620 HR.
Quelle est cette nouveauté GARMIN ? Comment se présente-t-elle ? Pour quel usage ? Que vaut-elle ? Voici quelques éléments de réponses.

Garmin FR 620

Tout d’abord, je tiens à préciser que le contenu de cet article n’engage que moi. En effet, la façon dont j’ai pu tester la montre ne sera sans doute pas la même qu’un autre. Hormis les données techniques fournies par le fabricant, toutes les autres informations sont issues de mon interprétation.

Présentation de la 620

La montre est arrivée à la maison peu avant Noël (joli cadeau ?) dans une belle boîte noire : dedans, il y a évidemment la montre, le capteur cardio et sa ceinture, le câble de connexion USB et une notice.

20131223_174200       20131223_174350       20131223_174602

Je trouve ce modèle 620 d’assez bonne facture. Un look « frais » dans sa version orange-blanc. Elle est légère au point qu’on se demande s’il y a bien un GPS dedans (43.6g). Je la passe donc au poignet, on ne la sent presque pas !
Le cadran a un diamètre de 4.3cm, c’est-à-dire à peine plus petit que ma Suunto Ambit. Par contre, la partie affichage est bien plus petite : 2.4cm (2.9cm pour la Suunto). Point sympathique, l’écran est en couleur. Malheureusement, bien qu’on ait le choix dans les coloris, tout cela reste un peu terne ce qui rend la vision pas si clair que ça finalement.
Parmi les fonctions que propose la 620, quelques unes classiques : distance, temps, vitesse, allure, fréquence cardiaque, GPS, calories, accéléromètre, temps de récupération…
Quelques points sont cependant à noter : elle possède un écran tactile et couleur, une connexion wi-fi, bluetooth, compatible ANT+, des fonctions d’analyses de la foulée (cadence, contact au sol, oscillation verticale, calcul de VO2max), un partenaire virtuel, un vibreur, … bref, ce sont ces petit « plus » qui pourront faire pencher la balance.

Le test :

Tout parfait testeur aurait choisi d’explorer toutes les fonctionnalités de la montre, dans toutes les conditions, de les analyser sous toutes les coutures … Moi, j’ai décidé de l’utiliser de la manière la plus simple possible : d’abord tous les jours au poignet en fonction « montre », puis en course : acquisition GPS, départ, arrêt, transfert du fichier vers Garmin Connect (la plateforme internet Garmin pour l’analyse des séances). Après tout, c’est un peu à ça que va se résumer l’utilisation de la montre par une majorité de coureurs !
Pour savoir un peu ce qu’elle vaut, le mieux est de la comparer à l’outil que j’avais déjà au poignet : la Suunto Ambit HR (1ère version). C’est au niveau de cette montre que Garmin semble vouloir placer sa 620. J’ai donc fait mes sorties avec 2 montres, une à chaque bras et 2 ceintures cardio.

Fonction montre : La Garmin, comme la Suunto peuvent être utilisées comme montre pour tous les jours. Les 2 ont chacunes leurs particularités dans l’affichage mais au final, elles se ressemblent assez. Dans cette fonction, Garmin annonce 6 semaines d’autonomie contre 30 jours pour l’Ambit (1 point pour la 620 !).

IMG_20140127_215309          IMG_20140127_215605

Partons courir ! Pour cela, nous aurons besoin de la ceinture cardio. Alors que la Suunto présente une ceinture sous forme d’un « élastique » avec les capteurs associés (fixes), la ceinture de la 620 paraît mieux finie et le capteur se « clipse » (détachable). Par contre, si pour le confort je n’ai pas vu tellement de différence, j’ai plus vite trouvé les bons réglages de l’élastique sur la Suunto. J’ai trouvé que la ceinture Garmin n’était pas évidente à ajuster. (1 point pour Suunto !)

20131223_174711          20131223_174652

Voilà, nous sommes prêts, sortons de la maison et cherchons les satellites. De ce côté, les 2 sont relativement rapides (presque instantanée au mieux, quelques dizaines de secondes au pire). Là, l’Ambit prend tout de même le dessus, elle trouve systématiquement plus vite sa position. Elle aura même tendance à se trouver à l’intérieur alors que la 620 n’y arrivera quasiment jamais (en tout cas chez moi).

Départ de la session : Pour les 2 montres, il suffit d’appuyer sur un bouton. Egalement, les 2 modèles offrent la possibilité de paramétrer l’auto-pause (en cas de vitesse trop faible notamment). Côté sensation, pas de grande différence non plus, je n’ai pas particulièrement ressenti la différence de poids (de 30g). Les 2 montres étaient paramétrées pour bipper chaque kilomètre. La Suunto « bippe », la Garmin « bippe » et « vibre ». Fonction pratique car je n’entends pas toujours le bip. A chaque bip, les montres affichent brièvement les données du dernier km.

IMG_20140127_215736

Aussi bien sur l’Ambit que sur la 620, les écrans sont personnalisables. On peu donc choisir les données qui nous intéresse à afficher. Suunto va un peu plus loin en proposant des écrans graphiques pour la FC ou l’altitude par exemple. Par défaut, la Garmin était paramétrée pour faire défiler régulièrement les différents écrans (choix entre lent, moyen et rapide). Au final, j’ai stoppé la fonction car je me retrouvais les yeux rivés sur le cadran pour attendre les infos de l’écran suivant, c’est assez perturbant. Je préfère appuyer sur le bouton à passer d’un écran à l’autre. De plus, le cadran plus petit oblige à resserrer les caractères et ceci combiné à la couleur ne rend pas vraiment l’affichage des plus agréables. J’ai même dû par moment marcher pour réussir à lire.

Retour à la maison, un nouvel appui sur un bouton permet l’arrêt du chrono. En fait, il le met sur pause. Pour la Suunto, un nouvel appui fait repartir le chrono alors qu’un appui long arrête la séance et permet son enregistrement. Sur la 620, il faut être rapide car sinon, la montre propose tout de suite l’enregistrement. Dans ce cas, il faut faire « retour » puis redémarrer le chrono.

Une fois la séance enregistrée, il ne reste plus qu’à la transférer sur la plateforme internet de la marque (Movescount chez Suunto, Garmin connect chez Garmin). Pour cela, vous devez au préalable avoir installé sur votre ordinateur un logiciel de transfert (Moveslink pour Suunto et Express Fit pour Garmin). Dans le cas de l’Ambit, pas le choix, il vous faut brancher le câble prévu à cet effet et Moveslink fait le reste. Pour Garmin, vous pouvez aussi utiliser cette manière. Sauf que la 620 présente une connexion Wi-fi et Bluetooth. Ainsi, une fois les paramétrages adéquats effectués, à peine vous rentrez chez vous que votre séance est transférée sur Garmin connect sans que vous vous en rendiez compte ! Je n’ai pas testé le Bluetooth qui sert à se connecter sur l’appli Garmin pour smartphone.

20131223_174633

Je ne vous parlerais pas ensuite de ce que vous voyez dans Garmin Connect car c’est un autre sujet. Sachez juste que vous pouvez analyser votre foulée de manière très précise si vous vous intéressez à l’oscillation verticale ou la durée des contacts au sol, il y a de beaux graphiques pour ça. Je vous dirai juste qu’au final, Garmin prouve son efficacité en étant plus précise dans les positions GPS que Suunto. Cela dit, les écarts ne sont pas non plus très importants.
Ci-dessous un petit tableau comparatif des écarts de distance et de dénivelé observés entre les enregistrements des 2 montres et les mêmes tracés reproduits sur www.openrunner.com

Garmin_vs_SuuntoLa Garmin est en moyenne plus proche de la distance “témoin” et presque égale à la Suunto concernant le dénivelé positif.

A qui la Garmin 620 est-elle destinée ?

Voilà une bonne question ! 2 montres GPS qui sont capables de donner des infos similaires. Qu’est ce qui les différencie donc ? Pour moi, la très grande différence se fait au niveau de la navigation et de la polyvalence. En effet, la 620 ne permet pas l’import de circuits pour une navigation GPS, pas de « Waypoints » (points de repère), pas de « retour maison ». Elle ne fait qu’enregistrer les infos que vous lui fournissez durant votre séance. En gros, elle vous suit à la trace mais elle ne vous guidera pas ! Côté polyvalence, l’Ambit vous propose de choisir parmi les activités que vous aurez paramétré via Movescount. Vous pouvez alors définir des écrans personnalisés qui s’appliquent au mieux au sport que vous pratiquez (course, trail, natation, vélo, escalade, haltérophilie…), vous activez ou non le GPS, bref vous faites ce que vous voulez. Pas chez Garmin : vous faites votre sport, elle enregistre et seulement une fois la séance transférée sur Garmin connect, vous lui dites que vous n’avez pas couru mais fait du ski de fond…

 Un point qui renforce ces différences est l’autonomie en course. Garmin annonce 10h en mode GPS. L’Ambit qui propose 2 modes d’intervalles d’enregistrement GPS (toutes les secondes ou toutes les minutes) permet une autonomie de 15h à 50h ! La Garmin n’est donc pas conseillée pour les très longues séances.

Je dirai donc que la Garmin 620 HR est plutôt destinée au coureur qui surveille de près son chrono, aux coureurs sur route ou piste de la vitesse pure au marathon. D’ailleurs, c’est la seule des 2 montres à permettre le paramétrage d’une séance d’entrainement (c’est aussi possible sur la Suunto en utilisant des « APPs », voir le site Movescount pour plus d’infos). Je la déconseillerai donc aux « traileurs », aux coureurs de chemins et de montagnes plus habitués aux sorties longues (voire très longues). Pour cela, Suunto Ambit est LA montre Outdoor !

BILAN

Garmin propose avec cette ForeRunner 620 HR un vrai bel outil pour « performer » ! Données d’analyse de la foulée, enregistrement des records, partenaire virtuel, paramétrage de séances d’entrainement, … bref, autant de fonctions qui seront très utiles à ceux qui veulent progresser et améliorer leur temps sur les courtes distances et marathon. Je suis tout le contraire de cela : je n’ai jamais su combien de temps de faisant le 10km, je n’ai fait que des marathons avec au minimum 2000m de dénivelé… Ce test me permet donc de confirmer mon choix pour la Suunto Ambit pour l’application qui est la mienne.

Les points positifs : écran tactile et couleur, vibreur, légère, look sympa, fonctions avancées sur l’analyse des performances et de la foulée, précision du GPS, connexion wi-fi et bluetooth.

Les points négatifs : l’affichage est un peu terne, un peu petit (pour moi), manque d’autonomie pour les très longues distances, manque de polyvalence. A noter un bug sur ma dernière sortie : le cardio n’a pas été détecté, pas d’enregistrement de FC.

Tarif conseillé par le site Garmin : 399€

Un grand merci à la Runnosphère qui m’a permis de réaliser ce test. Merci également à Garmin et HotWire pour le prêt avec une organisation efficace!

Cet article a 8 commentaires

  1. Avatar

    pas mal comme test … mais je ne changerais mon ambit pour rien … .0)

    1. lolotrail

      Et bien je me suis posé la question (surtout qu’avec ce test, je dispose d’un code promo pour garder la montre) mais la partie navigation est tout de même un point essentiel pour nous “trailers” et pour ça, Suunto fait la différence (ce qui est bizarre puisque Garmin à la base, c’est de la navigation!).

  2. Avatar

    Franchement une bonne page de test pour ce produit … Comme d’hab tu fais pas les choses à moitié et ça sera très utile pour les “blogueurs/runners” (je sais pas comment on dit) qui cherche à avoir des informations utiles afin d’investir dans ce type d’article.. Bravo 😉

  3. Avatar

    Vraiment sympa et complet ton test !!
    Je vois que le synchronisation avec les satellites a bien évolué avec mon 310XT cela peut parfois être long. As-tu essayé la synchro en ville ? (sur un trottoir entre 2 immeubles, ben oui j’habite Paris)
    Sinon concernant l’écran tactile, est-il réactif ? As-tu essayé sous la pluie ? Car avec un ancien modèle, il pouvait y avoir des soucis.
    Sinon ce modèle est-il totalement étanche ou “waterproof” ?

    1. lolotrail

      Merci Maya! Je vois que ça appelle pas mal de questions… Pour y répondre :
      – Synchro : j’habite en campagne, la synchro s’est faite généralement entre 1 et 2 minutes. Je n’ai pas testé en ville, c’est plus dur à trouver chez moi!
      – Ecran tactil : Oui, c’est un bon point pour Garmin. L’écran réagit bien, les menus sont clairs, assez grands pour ne pas “cliquer” à côté et ça marche pas mal !
      – Mes sorties se sont faites entre rayons de soleil et grisaille mais pas de pluie. Cela dit, ce n’est pas une montre pour faire du triathlon, elle n’est pas plus étanche qu’une autre. Quelques gouttes de pluie ou un passage éclair dans l’eau ne doit pas l’empêcher de fonctionner.

    1. lolotrail

      Bonjour, malheureusement je suis resté fidèle à SUUNTO et je n’ai plus de gps Garmin, je ne peux donc pas vous aider. Sorry…

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu