Duo Trail des Crozets 2015

Duo Trail des Crozets 2015

Si vous avez bien suivi mes explications sur le format un peu particulier qu’offre le Duo Trail des Crozets dans mon article précédent, vous êtes incollables! Nous nous y sommes donc présentés avec Alain, mon compère de course et collègue de travail ce samedi 19 septembre. Comment cela s’est-il passé?

duotrail_01

Le départ

Nous sommes arrivés en même temps peu après 14h et après que j’ai déposé ma fille pour l’anniversaire de sa copine. Mauvaise nouvelle : il pleut ! Cela ne m’arrange pas vraiment car j’arrive déjà avec un rhume. J’avais plutôt optimisé les entrainements en ayant bien travaillé la vitesse et en ayant privilégie le repos ces 3 derniers jours mais ma forme du jour et la météo ne font pas tellement mes affaires. Heureusement, la pluie cesse quelques minutes avant le départ.

Comme d’habitude sur toutes les courses jurassiennes, c’est un vrai plaisir au retrait des dossard de croiser tous les copains que nous allons affronter lors de la compétition. C’est une rivalité amicale comme toujours. Je sais pertinemment qui sera devant moi et qui je peux compter battre aujourd’hui. Nous étions arrivés toutefois avec quelques ambitions car mon doublon, pour sa première saison de trail s’est adjugé de très belles places sur des longs formats, je sais qu’il court vite, plus vite que moi.

15h, nous sommes tous réunis après le petit briefing de Babas devant la ligne de départ. On se souhaite bonne chance et c’est parti. Tout le monde part ensemble sur ce début de parcours, les tracés se séparant dans quelques kilomètres. Rapidement, je suis mon collègue et nous nous trouvons presque aux avants postes. Le rythme ne me semble pas trop rapide et je pense pouvoir suivre à cette allure même si déjà, la toute première côte se fait sentir…

La boucle B en solo

Une fois entrés dans la forêt, c’est l’heure de la séparation. Mon collègue part à droite sur sa boucle A tandis que je continue tout droit sur ma boucle B. Et là, l’allure se durcit rapidement : Les favoris prennent déjà le large. Malgré cela, je suis encore à la 5ème position mais les écarts se creusent déjà. Et puis, c’est le drame! Les coureurs qui me précèdent font une erreur de parcours et tirent tout droit au lieu de tourner à gauche. Je le suis jusqu’à ce que j’entende crier derrière moi. Heureusement, je n’avais fait qu’une 50aine de mètre de trop mais le retour sur le bon tracé me met vite un coup au moral lorsque je vois plusieurs coureurs passer devant moi.  Tout devant, les 2 premiers ne se sont apparemment pas trompés et ceux que j’avais suivi me repassent très vite.

Je m’accroche malgré tout dans une portion vallonnée en tentant de tenir mon rang vers la 10ème place. Je suis avec un autre coureur, nous avons à peu près le même rythme et nous nous suivons dans la côte qui nous mène sur un joli belvédère (dont j’ai oublié le nom). Dans la descente qui suit, je reprends les devants, j’arrive à relancer. C’était sans compter sur le retour dans la montée suivante du Christian Durrafourg qui m’encourage ne me doublant. Je l’accroche un moment mais il est plus fort que moi dans les côtes. J’ai pas mal donné en début de parcours et je suis obligé de marcher pour reprendre mon souffle sur les plus fortes montées.

D’autres coureurs passeront devant moi (2 ou 3) mais j’arrive tout de même à finir ma boucle en 1h, le temps que je m’étais fixé au départ. Au ravitaillement, Alain est là depuis quelques minutes. Je bois un verre de je ne sais quoi, j’ai pris le premier verre que j’ai trouvé (ça devait être du Fanta je pense) et nous repartons aussitôt pour perdre le moins de temps possible.

duotrail_02

La boucle C en duo

Bien nous en a pris car nous repartons devant les coureurs qui m’avaient doublé sur la fin de la 1ère boucle. Certains nous reprennent assez vite car je décide de m’économiser un peu, de gérer cette première moitié de boucle C car je connais les difficultés qui nous attendent ensuite.

Nous courons alors entre 11 et 12km/h, je suis bien , mon doublon, lui est plutôt très bien! Rapidement, nous nous apercevons que parmi les duo qui nous précèdent, il y a toujours un des 2 coureurs qui se sent moins bien. Nous n’avons pas de mal à les reprendre sur notre rythme régulier et économe. Vient ensuite la grande descente dans laquelle nous arrivons à prendre le large sur nos poursuivants directs.

Et puis c’est l’heure d’affronter le “mur” ! Il s’agit d’une montée longue de 1.5km qui nous fait passer de 730m à 950m sur des pentes à 20%. Évidemment, l’allure se calme beaucoup. Je peine à monter et me remémore ma participation de 2012 où chaque tronc d’arbre était prétexte à une pause! Cette fois, pas de pose, une montée régulière mais assez lente toutefois. 2 équipes nous passerons devant. Je sens que les muscles des cuisses se raidissent peu à peu mais j’arrive en haut entier, Alain lui est tout frais!

Nous relançons un moment mais pas très longtemps car derrière, il y a une nouvelle côte qui nous mènera jusqu’au belvédère du Mont Pelan. Toujours sur un petit rythme, je grimpe sans faillir. Parfois, j’entends des voix derrière nous alors j’essaie d’accélérer un peu. Et puis c’est la descente. Je sais que j’en ai fini avec les côtes alors je relance tout en faisant attention d’éviter la chute de fin de parcours. Mais non, tout va bien, nous arrivons vite dans le village des Crozets. Nous avons même un duo devant nous que nous tentons de reprendre au sprint jusqu’à temps que l’on s’aperçoive qu’il s’agit d’une équipe que nous avions doublé et qui ne nous a jamais repassé par la suite. Ils ont en fait coupé sur la fin de parcours car l’un des 2 n’était pas au mieux de sa forme.

Nous finissons donc cette boucle en duo main dans la main en 2h19 (j’avais mis 2h59 en 2012) et contents d’en finir! Avec ce temps, nous pensons être plutôt bien classés. Évidemment, nous savons que les cadors sont devant et c’est au final à la 13° place dans le classement des équipes masculines que nous terminons (14° au scratch, une équipe mixte a fait mieux que nous).

L’après-course

26

Bien heureux d’avoir bouclé ces plus de 22km à presque 10km/h de moyenne, nous profitons des rayons de soleil pour nous désaltérer, pour féliciter les duo qui arrivent encore. Quelques collègues des Lacets du Lizon ont réussi à se placer sur les podiums (3° filles et 3° hommes).

Encore une belle organisation de course par le foyer de ski des Crozets sur ce format vraiment original. Pour une fois, vous ne courez pas pour vous uniquement mais pour une équipe. Aussi, personnellement, le fait d’avoir un doublon plus fort que moi m’a obligé à donner un peu plus pour ne pas trop le faire attendre, ça fait travailler, c’est positif !

Même si depuis, mon rhume s’est largement renforcé m’empêchant d’aller au boulot en ce début de semaine, je reste sur une note positive de ce Duo Trail des Crozets, une course fidèle à l’ambiance des épreuves de la région : familiale, agréable.

Je vais maintenant passer les prochains jours à me soigner et me reposer car rapidement, nous serons à pied d’œuvre pour l’organisation de notre 20° Course de la Passerelle. Ma prochaine compétition sera dans 3 semaines sur le petit parcours du Trail des 7 Monts (l’Enjambée, 15km et 450m D+)

index
Résultats Duo Trail 2015

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu